Cœur Adoption

Le blog de Cœur Adoption

Cœur Adoption header image 2

Remise des pétitions de Coeur : une avancée


Le 13 juin 2008 par Coeur Adoption
Posted in Coeur Adoption

L’association Cœur Adoption a déposé la pétition « Lettre ouverte à N. Sarkozy » 1 et ses 9150 signatures à l’Élysée le 6 juin dernier. Cette pétition demande que le gouvernement français prenne toutes les décisions nécessaires pour un fonctionnement efficace de l’ensemble des structures de l’adoption en France, dans la transparence et la clarté, seules garantes de l’éthique.

L’association a été reçue par un membre de l’équipe du Président de la République, qui a confirmé qu’une communication sera faite prochainement dans le cadre de la mise en œuvre des mesures proposées par le rapport Colombani, et qu’elle allait dans le sens des propositions de Cœur Adoption. Parmi les annonces, la nomination d’un « ambassadeur de l’adoption » chargé de superviser l’application de certaines des mesures proposées par la mission Colombani a été évoquée 2.

Les propositions remises aux différents interlocuteurs ministériels que l’association a pu rencontrer ces dernières semaines sont disponibles sur le site www.coeuradoption.org


(1) https://www.mesopinions.com/Lettre-ouverte-a-M–Nicolas-Sarkozy–pour-la-defense-
de-l-adoption-internationale-petition-petitions-cb6adf5ca6388aa125
6ec7ff91d3d00c.html

(2) https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/les-francais-etranger_1296/conseils-aux-familles
_3104/adoption-internationale_2605/index.html

Une réponse à “Remise des pétitions de Coeur : une avancée”

  • very.dominique 27 juin 2008 à 8:24

    Tant qu’il n’y aura pas d’ECOUTE des adoptants, rien de nouveau ne sera possible. Il est nécessaire que cet « ambassadeur » de l’adoption soit une résonnance des désidérata des adoptants, et non un petit groupe de personnes qui donnent des ordres, une autorité uniquement DESCENDANTE.

    L’adoption est un choix personnel, non une décision administrative qui n’en est que la conséquence. Le but n’est pas de faire d’un citoyen étranger un citoyen français, mais de fonder une famille. Le premier terme n’est qu’un corollaire du second.

    Il faut donc espérer que cette nomination dont on ignore les modalités corresponde à quelque chose, et non plus à la rente de situation de quelqu’un.

    Dominique

Répondre

XHTML: Vous pouvez utiliser aussi ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>