Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2008.05.15 Corée : Global Overseas Adoptees' Link milite pour la double nationalité des adoptés coréens

Medias Libres, jeudi 15 mai 2008 à 07:55 ::Droit :: Global Overseas Adoptees' Link ::

La double nationalité pour les adoptés coréens

Depuis 1956 jusqu’à présent, plus de 160 000 enfants de Corée ont été officiellement adoptés à destination de 14 pays. La majorité sont partis aux Etats-Unis, et un nombre inconnu d’enfants coréens ont été adoptés individuellement. L’organisation Global Overseas Adoptees’ Link a été fondée en 1998 par des adoptés coréens qui sont revenus en Corée pour y vivre, y apprendre la langue ou y effectuer les recherches de leur famille biologique. Depuis 1998, G.O.A.’L. a milité à travers toute la Corée et a fait pression pour inclure les adoptés dans la Loi pour les Coréens d’Outremer de 1999. Durant cette période, de nombreux adoptés coréens du monde entier se sont passionnés pour les activités de G.O.A.’L. et pour la culture coréenne en général, ils parlent coréen couramment, certains ont retrouvé leur famille biologique et surtout, les adoptés coréens ont manifesté leur volonté de s’insérer dans la société coréenne et prendre part à la vie du pays.

Aujourd’hui, G.O.A.’L. lance une campagne mondiale afin obtenir le droit de posséder la double nationalité pour les adoptés coréens. Cela concernerait les adoptés des pays dont la loi accepte elle-même la double citoyenneté, à savoir les Etats-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande, la France, la Suisse, l’Italie, le Royaume-Uni et éventuellement l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et la Belgique. Jusqu’à présent, la législation coréenne ne reconnaît pas la double nationalité, comme l’indique l’article 10 de la Loi sur la Nationalité de 1997 : Un étranger ayant acquis la nationalité de la République de Corée mais conservant une nationalité étrangère doit renoncer à sa nationalité d’origine dans les six mois suivant l’acquisition de la nationalité de la République de Corée. Article 10, Loi sur la Nationalité de 1997

De même, comme le stipule l’article 12, quelqu’un possédant la double nationalité doit choisir une seule de ces nationalités avant ses 22 ans. Une personne qui a possédé avant d’atteindre ses 20 ans révolus les nationalités de la République de Corée et d’un pays étranger par sa naissance ou par la force des dispositions de cette loi (ci-après dénommé « double national », doit choisir une nationalité avant d’atteindre ses 22 ans révolus ; et une personne devenue double national après ses 20 ans doit choisir une nationalité dans les deux ans qui suivent. Article 12, Loi sur la Nationalité de 1997

Les adoptés coréens sont à présent considérés comme des étrangers aux yeux de la Corée du Sud, mais leur abandon de la nationalité coréenne ne s’est pas fait volontairement. Ils manifestent même une volonté certaine de faire partie du peuple coréen en obtenant la nationalité coréenne, qui leur permettrait par exemple de participer à la vie publique par l’exercice du droit de vote. Toutefois, ce n’est pas pour autant qu’ils renonceront à la nationalité de leur pays d’accueil. La majorité d’entre eux ont reçu des soins et une bonne éducation de la part de leur famille et de leur pays adoptifs, et il serait difficile de leur demander d’abandonner les liens qu’ils entretiennent avec ceux-ci. La double nationalité comporte en général des problèmes de loyauté, mais celle des adoptés coréens va à chacun de leurs deux pays. Ils sont prêts à endosser les droits et devoirs qu’impliquent chacune des nationalités.

La campagne reconnaît que la double nationalité pose un autre problème, celui du service militaire pour les hommes, qui est obligatoire en Corée. Certaines autorités du service de l’immigration coréen ont exprimé leur inquiétude quant au fait qu’on pourrait abuser de la double nationalité pour échapper au service militaire. Toutefois, il est important de constater que du point de vue du droit international, les adoptés coréens sont considérés comme orphelins, ce qui par conséquent les exempte du service militaire en Corée.

Et en accordant ce droit aux adoptés coréens, le gouvernement coréen pourrait créer un précédent qui servirait la cause des milliers d’adoptés non seulement d’origine coréenne mais de tous les pays. La Corée a été pionnière en matière d’adoption internationale et peut retrouver ce rang en modifiant sa législation en conséquence. Les adoptés coréens représentent également un nouveau type de « Coréen global », multilingues et imprégnés de la culture de leurs pays adoptifs respectifs. L’instauration d’une double nationalité pour les adoptés pourrait alors être aussi profitable pour la société coréenne, en lui donnant un aspect multiculturel nouveau. Et les adoptés, d’un point de vue psychologique, pourraient en retirer un sentiment d’appartenance plus large.

On peut citer de nombreuses personnalités publiques possédant la double nationalité et participant avec succès aux affaires de leur pays : l’actuel gouverneur de la Californie, Arnold Schwarzenegger est citoyen respectif des Etats-Unis et de l’Autriche. Et l’actuelle Garde des Sceaux et maire du 7ème arrondissement de Paris Rachida Dati possède la double citoyenneté de la France et du Maroc. Elle représente un symbole d’intégration réussie de la communauté maghrébine en France. Ces exemples prouvent que la présence de citoyens possédant la double nationalité peut être un atout pour une société, en particulier lorsqu’un pays comme la Corée accorde une grande importance à ses ressources humaines.

G.O.A.’L. bénéficie du soutien d’un comité consultatif, composé de Lee Jong-hoon (président de l’Institut de Gouvernance et de Management, doctorat en sciences politiques) et du professeur Lee Chulwoo (université de Yonsei, doctorat en droit) dont l’expertise sera précieuse pour toute la campagne. Le député Kim Chun-hwan, membre de l’Assemblée Nationale, apportera également son soutien à la campagne.

Site G.O.A.'L


Outils personnels