Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2008.07.28 Pour un autre regard sur l'adoption

source : Dauphiné Libéré
J'ai toujours voulu connaître mes origines. » Adoptée en France, Julia Noblanc est partie il y a quatre ans dans son pays d'origine -le Guatemala- sur les traces de ses parents biologiques. « Ce n'est pas facile à vivre. C'est une expérience à laquelle il faut se préparer », témoigne la jeune femme. Aujourd'hui âgée de 27 ans et dans l'attente d'un heureux événement, cette Berjallienne souhaite tendre la main à d'autres adoptés qui, comme elle, souhaitent en savoir plus sur leur passé. Depuis trois ans, Julia Noblanc s'implique ainsi activement au sein de l'association “La voix des adoptés” et vient de monter avec une autre adoptée, originaire de Colombie, une antenne délocalisée sur Rhône-Alpes.
« Lorsque cette association s'est créée en 2005 à Paris, je venais tout juste de retrouver ma famille biologique. Cela faisait longtemps que j'avais envie de parler de ce sujet, en dehors de mes proches, explique Julia. Or, en France, il existait jusqu'à présent beaucoup d'associations pour les adoptants, très peu pour les adoptés. J'ai été surprise de constater qu'entre nous, la connexion s'établissait tout de suite. On réalise qu'on se pose les mêmes questions. »

« L'adoption est un sujet parfois tabou »

L'objectif premier de “La voix des adoptés” est effectivement de proposer à ses adhérents un espace libre de discussion et d'échanges. Des groupes de paroles animés par une psychologue, ainsi que des rencontres amicales sont ainsi organisés tous les deux mois sur Lyon. « L'adoption est un sujet parfois tabou dans les familles. Les adoptés ont parfois peur de blesser leurs parents, constate la vice-présidente de l'antenne régionale. Ici, on peut discuter des heures, sans être jugés. » L'autre objectif de l'association est d'accompagner les adoptés qui souhaitent effectuer des recherches sur leur famille biologique. Il s'agit aussi de leur faire découvrir leur pays d'origine. Des cellules par pays se sont ainsi constituées : Guatemala, Pérou, Colombie, mais aussi Albanie, etc. « Il ne s'agit pas de faire à la place des adoptés, mais de leur apporter un soutien », souligne Julia qui précise : « Retrouver sa famille n'est pas forcément la solution. Cela dépend de chacun ». Un programme a encore été lancé pour permettre à un adulte adopté de parrainer un enfant ou un adolescent adopté. Julia s'est ainsi rapprochée d'un garçon de 8 ans, originaire du Guatemala. « Cet enfant pleurait souvent le soir. Nous avons beaucoup échangé par courrier, sur des choses simples. Depuis, ça va beaucoup mieux. »

L'autre objectif de “La voix des adoptés” est encore d'aller à la rencontre des parents adoptifs ou futurs adoptants, et des professionnels de l'adoption, lors de réunions ou de colloques. « Nous venons pour témoigner de notre vécu. Nous souhaitons également informer et prévenir contre les dangers du trafic d'enfants, prévient Julia Noblanc. Car, en dépit des conventions internationales, cette pratique existe toujours dans certains pays. »

Ce que recherche finalement la jeune association est simple : faire changer le regard sur l'adoption. Et donner, dans les années à venir, un écho plus grand encore à la voix des premiers concernés : les adoptés.
Bénédicte DUFOUR


Outils personnels