2008.07.28 Des volontaires de l'adoption internationale dans les ambassades auprès des parents

source : L'internaute/AFP

Des “Peace Corps” ou volontaires internationaux seront envoyés dans les ambassades des pays d'adoption pour accompagner les parents adoptants et initier des projets en faveur de l'enfance abandonnée, une mesure de Rama Yade pour relancer l'adoption internationale.

La secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Rama Yade, aux côtés de l'acteur Gérard Depardieu, a lancé lundi le réseau de “volontaires de l'adoption internationale”, qui doivent avoir pour “moteur”, l'“éthique” et pour objectifs l'“efficacité” et le “bonheur des enfants”.

L'installation prochaine dans les ambassades des pays d'adoption de ces jeunes volontaires, membres de l'association française des volontaires du progrès (AFVP), “s'inscrit”, a affirmé Rama Yade, “dans la réforme plus large de l'adoption internationale” pour laquelle elle partage “sans réserve” les conclusions du rapport Colombani remis à l'Elysée en mars, et qui fera l'objet le 21 août d'une communication au conseil des ministres.

Le premier volontaire partira en août au Cambodge, pour des projets financés à hauteur d'un million d'euros, a indiqué Rama Yade, “en grande partie par la Fondation Roger Zannier”, premier “contributeur privé”, qui a fondé plusieurs orphelinats au Cambodge.

L'installation des volontaires et les projets humanitaires liés à l'adoption seront financés par le ministère des Affaires étrangères, des partenaires privés et les collectivités territoriales qui le souhaitent, a précisé la ministre. “Je suis un +people+ et on m'a demandé si je peux faire quelque chose”, a expliqué Gérard Depardieu, ajoutant avoir “un peu honte” et être “choqué” par les célébrités qui obtiennent rapidement l'enfant adoptif souhaité, citant Johnny Halliday ou Madonna.

Les volontaires partiront pour deux ans, après une formation, en octobre dans quatre nouveaux pays, l'objectif étant de couvrir 20 pays à partir de 2009, selon le ministère.

Les volontaires seront engagés dans des missions de solidarité avec les enfants abandonnés ou orphelins, et faciliteront leur adoption, en priorité dans les pays eux-mêmes, conformément à la convention de La Haye sur la protection de l'enfance, et sinon par des familles françaises.

Ce projet répond non seulement au souci d'aider les familles et d'éviter des dérives comme celle de l'Arche de Zoé - qui avait proposé l'adoption à terme d'orphelins du Darfour à des familles françaises - mais aussi de répondre aux demandes de nombre de pays adoptants que les adoptions soient accompagnées d'une aide humanitaire.

Le ministère des Affaires étrangères contribue à hauteur de 55% minimum au coût des volontaires engagés, cette contribution pouvant aller jusqu'à 100%, précise le ministère.

Partenaires privés et collectivités territoriales sont invités à s'associer au financement, et une “conférence des contributeurs” se réunira plusieurs fois par an pour définir les enveloppes allouées à chaque projet. La première, en octobre, sera présidée par Jean-Marie Colombani, auteur du rapport sur l'adoption.

Au-delà de la formation générale dispensée par l'AFVP à tous ses volontaires, les volontaires de l'adoption internationale, qui seront basés dans les ambassades, bénéficieront d'une formation complémentaire de la part d'associations comme “Enfance et familles d'adoption”, “Mouvement pour l'adoption sans frontières”.


Outils personnels