OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2008.08.21_le_soleil [2008/08/21 22:50] (Version actuelle)
kim créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +h1. 2008.08.21 ABANDONNE PAR SA MERE A LA NAISSANCE : Moussa part à la quête de ses origines
 +source : [[http://​www.lesoleil.sn/​article.php3?​id_article=38944|Le Soleil]]\\  ​
  
 +Abandonné à la naissance par sa mère, Moussa est récupéré par les sœurs franciscaines de la Médina avant d’être adopté par une Française. Agé aujourd’hui de 20 ans, il part à la recherche de sa mère. Cette mère dont il n’a jamais vu le visage, ni entendu la voix.\\  ​
 +
 +Frêle de constitution,​ teint marron, les yeux au fond de l’orbite, Moussa ne désire qu’une chose : retrouver sa maman. Ce jeune garçon qui aura 20 ans en octobre prochain souffre du manque d’affection maternelle, indispensable à l’équilibre de toute personne. Il fait malheureusement partie de ces nombreux enfants abandonnés,​ dès leur naissance, par leur propre mère. Son histoire à lui commence lorsque, à cinq mois, sa maman le dépose quelque part à la Médina. A côté du bébé, une note où la jeune mère qui dit s’appeler Fatou Sidibé explique son geste par le manque de moyens pour l’élever. Et sur ce, elle confie la garde de son enfant à la Pouponnière des Sœurs franciscaines de la Médina. Abandonné, le bébé ne tarda pas à avoir une mère adoptive. Et c’est Danielle, une Française qui se présente pour demander, aux sœurs de la Médina, l’autorisation d’amener avec lui l’enfant en France. Moussa va grandir à Rouen, dans la Normandie.\\  ​
 +
 +Aujourd’hui,​ Moussa a grandi et tient vraiment à retrouver les traces de sa mère. En France et dans les milieux africains qu’il a l’habitude de fréquenter,​ il est parfois gêné quand on lui pose des questions sur ses origines, son village, ses parents. « Le plus souvent, explique-t-il,​ quand on me demande ce genre de chose, j’ai toujours du mal à expliquer. Je suis obligé alors d’inventer ». Mais, depuis 2002, sa mère adoptive lui permet quand même de venir au Sénégal pour se ressourcer et poursuivre ses investigations. Apprenant l’histoire de Moussa à travers un forum de discussion dans le net, Baba Touré, s’est, lui aussi, lancé dans la recherche de la mère de Moussa. D’ailleurs,​ des avis de recherches ont été lancés dans plusieurs quotidiens dont « Le Soleil », des affiches et des émissions radios faites sur l’histoire du jeune homme. L’affaire a même fait l’objet de l’émission « Confidences » qui passe à la radio Dunya. « A la suite de cette émission, nous avions reçu plein de contacts de gens dont certains avaient même dit connaître la mère de Moussa », raconte Baba Touré. Par les indications d’une personne, Moussa réussit à localiser la maison où logeait sa mère à la Rue 17 de la Médina. Sur place, le propriétaire prétexte pourtant que l’affaire remonte de plusieurs années et qu’il n’avait pas en charge la location de la maison, à cette époque. D’autres individus déclareront aussi que Fatou, la mère de Moussa, avait travaillé au Fouquet’s,​ un restaurant très célèbre à Dakar. Mais, beaucoup de gens rencontrés et qui disent l’avoir connue la décrivent, à l’époque,​ comme « une femme très jeune, très jolie et très connue ». Cette année, Moussa et Baba ont découvert un vieux phototographe de la Médina qui avait connu Fatou Sidibé. Il dit, d’ailleurs,​ l’avoir photographiée à maintes reprises en compagnie de deux de ses copines. Et, selon le photographe,​ Fatou parlait en même temps le pulaar et le bambara. « Dernièrement,​ confie Baba, il nous a montré deux à trois photos qu’il a sorties de ses archives, mais il ne peut pas confirmer laquelle est la mère de Moussa. Et nous on ne peut pas se fonder sur cela ».\\  ​
 +
 +Pour le moment, les recherches se poursuivent au Sénégal et au Mali.\\  ​
 +
 +Maguette NDONG
 +
 +{{tag>​actualité 2008 Sénégal}}

Outils personnels