OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2008.08.21_linternaute [2008/08/21 10:11] (Version actuelle)
kim créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +h1. 2008.08.21 Quand médecin et psychologue suivent parents adoptants et enfants adoptifs 
 +source : [[http://​www.linternaute.com/​actualite/​depeche/​afp/​25/​549382/​quand_medecin_et_psychologue_suivent_parents_adoptants_et_enfants_adoptifs.shtml|L'​internaute]]\\ ​  
 +Jeudi 21 aout 2008, 09h02\\ ​  
 +"Elle est un soutien extraordinaire!"​. Avec son mari, Armelle est l'une des bénéficiaires de la Coca (Consultation d'​orientation et de conseil pour l'​adoption) créée il y a trois ans au centre hospitalier de Versailles.\\ ​  
 +Depuis qu'​elle a adopté à l'​automne 2007, au Vietnam, le petit Corentin, alors âgé de deux mois et demi, la jeune femme, domiciliée à Bougival dans les Yvelines, s'est rendue deux fois à cette consultation.\\ ​  
 +Elle a été reçue par le docteur Anne de Truchis qui travaille en binôme avec une psychologue.\\ ​  
 +"Quand nous avons eu Corentin, il était très faible, déshydraté et souffrait de troubles gastriques dû à la malnutrition. Ma pédiatre ne parvenait pas à le guérir. Nous avons pris rendez-vous avec le docteur de Truchis qui a diagnostiqué une bactérie méconnue en France",​ explique la jeune femme.\\ ​  
 +Comme de nombreux parents, originaires de la région parisienne mais aussi de province, Armelle a profité des conseils avisés de la pédiatre qui a en charge la Coca.\\ ​  
 +"Mme de Truchis s'est engagée à voir Corentin tous les six mois. A chaque consultation,​ qui dure plus de deux heures, elle nous pose beaucoup de questions sur son comportement et nous donne des conseils",​ poursuit la mère de famille.\\ ​  
 +Depuis sa création au centre hospitalier de Versailles, la Coca connaît un succès grandissant. En 2007, 150 enfants en ont bénéficié. 
 +L'​hôpital de Versailles a été le troisième établissement en France à proposer ce genre de consultation après Pau et Dijon. Actuellement,​ une quinzaine le font.\\ ​  
 +A l'​instar d'​Armelle et de son mari, les parents consultent en priorité pour venir à bout de problèmes médicaux. Beaucoup d'​enfants adoptés à l'​étranger,​ arrivent avec une santé précaire.\\ ​  
 +"Selon les pays (Chine, Ethiopie, Vietnam...),​ les pathologies ne sont pas les mêmes",​ précise Anne de Truchis.\\ ​  
 +"En Afrique, les enfants ne sont pas vaccinés comme il le faudrait, dans les pays de l'Est, nous sommes confrontés à l'​alcoolisme de certaines mères qui entraîne des complications sur les foetus... Je me souviens aussi d'un petit haïtien dont nous avons su ensuite qu'il était porteur du virus du Sida", note le docteur Pierre Foucaud, chef du service pédiatrie de l'​hôpital.\\ ​  
 +Les médecins communiquent par internet avec les parents adoptants disséminés aux quatre coins du monde.\\ ​  
 +"Ils me contactent afin d'y voir plus clair dans les dossiers médicaux des enfants",​ précise la professionnelle de santé.\\ ​  
 +En dehors de ces problèmes médicaux, des difficultés d'​ordre psychologique peuvent apparaître. Si les parents adoptants sont susceptibles,​ comme n'​importe quels parents, d'​être victime d'un "baby blues",​ les enfants peuvent souffrir de troubles du sommeil, de l'​alimentation ou du comportement. Des troubles qui surviennent parfois à l'​adolescence.\\ ​  
 +"​Certains parents sont impatients. Ils se précipitent chez une orthophoniste par peur que leur enfant ne s'​adapte pas assez vite et qu'il prenne du retard à l'​école. Mais l'​enfant,​ déraciné, doit d'​abord instaurer des liens avec ses nouveaux parents. Il a aussi sa propre histoire",​ souligne Mme de Truchis.\\ ​  
 +Le docteur Foucaud a remis en début d'​année à la ministre de la santé un rapport qui prône une régionalisation des Coca, proposition reprise dans le plan qui doit être présenté en conseil des ministres jeudi. 
 +{{tag>​actualité 2008 France}}

Outils personnels