OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

2008.08.23 Des enfants volés par l'intermédiaire d'une agence indienne d'adoption

source : The Australian, traduction google

John Lyons

Au moins 30 enfants amenés Australie en vue de leur adoption auraient été volés à leurs parents dans le cadre d'un réseau de trafic d'enfants en Inde.
Certains enfants auraient été volés dans les rues par des gangs qui les vendent pour seulement 10000 roupies ( 280 $ australiens chacun) à une agence d'adoption, qui les envoient dans des pays riches comme l'Australie.

Une grande enquête menée par le magazine Time, qui sera publié ce week-end, a découvert qu'une bande de criminels kidnappaient des “jolis” enfants dans des régions les plus pauvres du sud de l'Inde, leur donnait de nouvelles identités et les vendait à des agences d'adoption.

Le Procureur général fédéral, Robert McClelland, a déclaré hier soir qu'il avait demandé à son département de prendre contact avec les autorités indiennes et assurer la liaison avec la police fédérale australienne pour rechercher plus de détails.

“Je veillerai à ce que toutes les questions découlant de l'enquête soient dûment mises en oeuvre, et je vais m'engager avec les États et les les gouvernements territoriaux dans leurs domaines de responsabilité”, a-t-il dit ou journal “The Weekend Australian”.

Un cas au centre de l'escroquerie est celui d'une fille de neuf ans, qui vit maintenant dans le Queensland sous un nouveau nom.

La jeune fille, qui s'appelait alors Zabeen, a été arraché quand elle avait deux ans par un ganag en utilisant un pousse-pousse motorisé alors qu'elle jouait en dehors de sa maison familiale à Chennai. Elle a été volé alors que sa mère, Fatima, venait de tourner au bout de la rue pour se rendre au marché local.

Sa mère reconnaît que les chances de retrouver sa fille après sept ans sont faibles.

Elle a dit: «Si elle veut revenir, nous l'accueillerons. Mais si c'est son désir de rester où elle se trouve maintenant, nous lui souhaitons que du bien.“

Le couple du Queensland serait dévasté à la suite de à la révélation du vol de leur fille.

La jeune fille a été adopté par le “Queensland Department ofFamilies, Youth and Community Care”.
L'adoption a eu lieu en 2000 malgré le fait que de graves questions aient été soulevées cinq ans plus tôt sur l'agence d'adoption indienne, la Malaysian Social Services (MSS). Les préoccupations ont été suffisantes pour que le gouvernement de l'Ouest australien refuse de traiter avec l'agence.

Le ministre du Queensland en charge du Département de la jeunesse des familles et des soins de proximité à l'époque Anna Bligh, est aujourd'hui le premier ministre.

La nuit dernière, Mme Bligh s'est engagée à coopérer à toute enquête sur la situation, le vol de ces enfants et comment ils ont fini dans le Queensland.

Il y a trois semaines, la police fédérale indienne, le Bureau central du renseignement (CBI), ont fait une demande d'enquête auprès d'Interpol sur autorités du Queensland et sur le couple qui a adopté la fille.

MSS est une agence d'adoption basée à l'orphelinat Tiruverkadu dans le nord-ouest de Chennai. Selon le magazine, la CBI estime que les parents australiens ont été trompés par MSS et ne devraient pas faire face à aucune accusation sur leurs adoptions.

Mais le CBI insiste sur le fait que les parents biologiques devraient être autorisés à revoir leurs enfants en Inde.

La Police indienne affirme que MSS a inventé les noms et les histoires les enfants , avec des photos de “fausses” mères pour les présenter à l'adoption.

L'enquête police a commencé en 2005 après que deux hommes se soient vanter dans un bar à Chennai d'avoir voler des enfants.

Plus tard, une descente de police dans les bureaux de MSS et a découvert les dossiers de 120 enfants qui avaient été envoyés à l'étranger pour adoption, dont 13 qui avaient été envoyés en Australie.

La Police a fait des correspondances à partir des photographies de ces fichiers et celles des personnes disparues de la région.

Plus de 30 parents essayaient de faire correspondre leurs enfants aux fichiers de MSS, mais la police indienne a limité leurs enquêtes à l'échelle internationale sur cinq cas, y compris le cas de Zabeen en Australie. Environ 50 enfants ont été envoyés par MSS aux Pays-Bas, où le gouvernement néerlandais a établi trois demandes de renseignements et de révision des procédures d'adoption.

D. Geetha avocat, qui représente les parents dont les enfants ont été adoptés par MSS à l'étranger et d'autres organismes, estime qu'au moins 30 de près de 400 enfants indiens mis en Australie au cours des 10 à 15 ans ont été victimes de ce trafic.

“Le Gouvernement australien doit nommer une sorte d'enquête sur tous les enfants qui sont venus par le biais de cette agence, regardez leur origine, se pencher sur leurs documents,” que Time a cité.

“Ces enfants sont en cours de vouloir trouver leurs parents. La communication est en train de disparaître.”

M. McClelland a dit qu'il était important de noter que l'Australie travaille plus avec MSS. Mais l'adoption par les couples sans enfant australien a continué dans certains États et territoires - y compris le Queensland, l'ACT et la Tasmanie - même après que d'autres États ont été alerté par la façon dont fonctionne MSS. Time révèle que l'Australie-Occidentale a arrêté de traiter avec MSS après que l'adoption d'une fillette de 5 ans par MSS adoption est été annulés en 1995 par un tribunal indien qui a découvert que l'agence avait menti sur l'abandon de l'enfant.

La jeune fille disait avoir une famille, mais l'orphelinat pensait qu'elle délirait quand elle disait avoir un oncle avec qui elle pourrait vivre .

Un autre signe est venu en 1999, lorsqu'un membre de MSS a été arrêté pour le vol de quatre bébés d'un hôpital. La licence de MSS a été suspendu, mais plus tard restaurée après que les autorités n'aient pas pu prouver que l'agence savait que le bébé avait été volé.

Le journaliste qui s'est rendue à Chennai pour retrouver l'histoire, Rory Callinan, a déclaré hier: «La chose qui m'a le plus touchée, c'est qu'une enquête minutieuse a été faite sur les parents, ici en Australie, qui voulait adopter, mais que très peu de contrôles semblent avoir été réalisés sur la source des enfants ”.

Les propriétaires de MSS, PVRavindranath et son épouse, Vatsala, ont été arrêtés sur les opérations de l'agence.

M. Ravindranath est décédé en 2006 et Mme Ravindranath a insisté sur le fait que MSS ne savait pas que les enfants étaient volés. Elle est en liberté sous caution.


Outils personnels