Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2008.10.27_figaro [2008/10/27 10:11]
kim créée
actualité:blog:2008.10.27_figaro [2008/11/29 13:54] (Version actuelle)
kim
Ligne 12: Ligne 12:
 À tel point que certaines agences en font une activité centrale, comme Médecins du monde, premier organisme autorisé pour l'​adoption (OAA) de France, qui revendique «donner la priorité» à ces apparentements. En 2007, sur les 214 adoptions qu'il a réalisées,​ pas moins de 33 ont concerné des enfants à particularité,​ soit 18 %. Une proportion croissante observée aussi par Enfance et Familles d'​adoption (EFA), acteur majeur des associations de ce secteur, qui dispose d'un service dédié à ce type d'​adoptions. «À nous seuls, nous traitons une soixantaine de dossiers par an», raconte Geneviève Miral, vice-présidente d'​EFA.\\  ​ À tel point que certaines agences en font une activité centrale, comme Médecins du monde, premier organisme autorisé pour l'​adoption (OAA) de France, qui revendique «donner la priorité» à ces apparentements. En 2007, sur les 214 adoptions qu'il a réalisées,​ pas moins de 33 ont concerné des enfants à particularité,​ soit 18 %. Une proportion croissante observée aussi par Enfance et Familles d'​adoption (EFA), acteur majeur des associations de ce secteur, qui dispose d'un service dédié à ce type d'​adoptions. «À nous seuls, nous traitons une soixantaine de dossiers par an», raconte Geneviève Miral, vice-présidente d'​EFA.\\  ​
  
-«Il y a quinze ans, les problèmes que l'on rencontrait le plus fréquemment dans nos consultations sur l'​adoption étaient liés aux troubles de l'​attachement,​ se souvient le Dr Anne de Truchis, pédiatre responsable de la Coca du centre hospitalier de Versailles, un dispositif original qui propose un soutien médical et psychologique aux familles adoptantes. Aujourd'​hui,​ les problèmes concernent de plus en plus le handicap ou la maladie. Notre travail se centre donc beaucoup sur ces accompagnements,​ avant l'​adoption ou après.» Avec un recul de 350 consultations en trois ans, la professionnelle estime à 2 ou 3 sur 10 les enfants actuellement porteurs de handicaps lourds.\\  ​+«Il y a quinze ans, les problèmes que l'on rencontrait le plus fréquemment dans nos consultations sur l'​adoption étaient liés aux [[santé:​troubles_de_l_attachement|troubles de l'​attachement]], se souvient le Dr Anne de Truchis, pédiatre responsable de la Coca du centre hospitalier de Versailles, un dispositif original qui propose un soutien médical et psychologique aux familles adoptantes. Aujourd'​hui,​ les problèmes concernent de plus en plus le handicap ou la maladie. Notre travail se centre donc beaucoup sur ces accompagnements,​ avant l'​adoption ou après.» Avec un recul de 350 consultations en trois ans, la professionnelle estime à 2 ou 3 sur 10 les enfants actuellement porteurs de handicaps lourds.\\  ​
  
 L'​augmentation de ces adoptions dites «complexes» ne résulte pas d'une nouvelle conscience envers le sort de ces enfants mis au rebut de la société mais est la conséquence directe de la «pénurie» des enfants adoptables en France et dans le reste du monde. «Comme “l'​offre” n'a pas évolué alors que la demande a très fortement augmenté, de plus en plus de parents sont prêts à sauter le pas», analyse Yves Nicolin, président de l'​Agence française pour l'​adoption (AFA). Pour autant, les candidats à l'​adoption recherchent des «particularités de moindre importance»,​ confie-t-il. Entre un doigt surnuméraire ou un problème congénital,​ un enfant de plus de 6 ans ou un retard mental, de l'​asthme ou une cardiopathie,​ «le choix est vite fait», convient Geneviève Miral.\\  ​ L'​augmentation de ces adoptions dites «complexes» ne résulte pas d'une nouvelle conscience envers le sort de ces enfants mis au rebut de la société mais est la conséquence directe de la «pénurie» des enfants adoptables en France et dans le reste du monde. «Comme “l'​offre” n'a pas évolué alors que la demande a très fortement augmenté, de plus en plus de parents sont prêts à sauter le pas», analyse Yves Nicolin, président de l'​Agence française pour l'​adoption (AFA). Pour autant, les candidats à l'​adoption recherchent des «particularités de moindre importance»,​ confie-t-il. Entre un doigt surnuméraire ou un problème congénital,​ un enfant de plus de 6 ans ou un retard mental, de l'​asthme ou une cardiopathie,​ «le choix est vite fait», convient Geneviève Miral.\\  ​

Outils personnels