2009.01.19 Huit nouvelles "Volontaires" pour aider les familles à adopter à l'étranger

source: AFP Yahoo news

Martine VERON

La situation de l'adoption internationale en France a connu un mieux en 2008, avec 104 enfants adoptés de plus, alors que partent fin janvier huit nouveaux jeunes “Volontaires” dans les pays d'adoption, une initiative de Rama Yade pour aider les démarches des familles.

Après Clémence, partie en août dernier au Cambodge, huit autres “volontaires de l'adoption internationale” (VAI), toutes des jeunes femmes, vont partir fin janvier, pour deux ans, dans les ambassades de pays d'adoption (Vietnam, Inde, Mali, Ethiopie, Burkina Faso, Madagascar et Guatemala, un huitième pays devant être choisi bientôt).

Formées par l'Association nationale des volontaires du progrès, les volontaires devront aider les familles mais aussi répondre aux demandes de nombre de pays adoptants de coopération humanitaire en faveur de l'enfance privée de famille.

La baisse du nombre d'adoptions à l'étranger de 20% en deux ans (4.136 adoptions en 2005, 3.162 en 2007) a semé le désarroi dans les familles, qui restent toujours aussi nombreuses à déposer des demandes, puisque quelque 30.000 agréments sont en cours aujourd'hui.

L'envoi de “volontaires” est l'une des mesures d'une réforme que le gouvernement a annoncé en août, et dont, selon Rama Yade, les premiers effets se sont fait sentir fin 2008.

“Notre objectif n'est pas de faire du chiffre mais d'allier efficacité, éthique et rigueur”, a affirmé la secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères lundi.

“Notre défi est de changer l'image de la France en matière d'adoption”, dit-elle. Les volontaires auront pour tâche aussi bien d'aider les familles que de développer des projets en faveur des orphelins dans le pays où ils exercent.

Clémence Fournier, envoyée au Cambodge en août, a, dit-elle, “débloqué dix dossiers en attente depuis 2007”, et engagé, avec une ONG, un projet pour améliorer l'état-civil dans ce pays.

En 2008, les petits Haïtiens ont été majoritaires (731) parmi les 3.266 enfants étrangers dont le visa a été accordé pour une adoption en France, devant les Ethiopiens (484), la Russie (315), la Colombie (305), le Vietnam (284).

Le nombre d'“adoptions individuelles” a légèrement baissé, représentant 37,1% des adoptions en 2008 contre 38% en 2007. Les 42 OAA (organismes agréés pour l'adoption) ont mené 42,9% des adoptions en 2008 (42% en 2007).

Le nombre des adoptions accompagnées par l'AFA (Agence française de l'adoption) a baissé de près de 3% (17,8% en 2008 contre 19% l'année précédente).

La réforme a pour objectif principalement de mieux coordonner l'action de ces opérateurs sur le terrain et de créer une “autorité centrale” au ministère des Affaires étrangères, doté de 20 à 22 agents, opérationnelle, a précisé Rama Yade, à la fin de ce trimestre.

La coopération humanitaire a reçu un budget de 3 millions d'euros pour 2009.

Un portail internet (adoption.gouv.fr), destiné à améliorer l'information du public, sera mis en place durant le premier semestre 2009.

L'AFA, organisme public mis en place en 2005, et critiqué pour “manque d'efficacité” par le rapport de Jean-Marie Colombani, qui a inspiré la réforme, verra son action recadrée mais sera autorisée à entreprendre des actions de coopération en faveur d'orphelinats sur son budget propre.

“On est très content de la création d'une Autorité centrale, avant nous étions seuls à agir dans certains pays, ce n'est plus nous qui allons porter le chapeau quand ça ira mal”, a affirmé à l'AFP Yves Nicolin, président du conseil d'administration de l'AFA.


Outils personnels