OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

Ceci est une ancienne révision du document !


2009.02.04 Dans son rapport 2009, la Cour des comptes dénonce à nouveau les gabegies de l'Etat, Adoption internationale : trop de disparités

source : La Tribune

Adoption internationale : trop de disparités

La Cour des comptes est très critique envers le dispositif d'adoption internationale en France. En 2006, 27.404 parents français disposaient d'un agrément d'adoption, alors que le nombre d'enfants adoptés est passé sous la barre des 4.000 par an, les trois-quarts effectuées à l'étranger (3.266 en 2008).

62% des adoptions internationales passent par l'Agence française de l'adoption (19%) et les organismes autorisés pour l'adoption (OAA) (42%). De taille souvent réduite, implantés dans un petit nombre de pays, les 42 OAA forment un “ensemble hétérogène”. Confrontés à une demande très supérieure à leurs capacités, ces OAA sélectionnent les dossiers selon des critères propres.

La contribution financière demandée aux parents est très variable (de 2.929 à 8.861 euros pour les OAA en Colombie, 3.999 à 6.929 euros en Ethiopie, 3.030 euros au Brésil, 6.849 pour Haïti avec Médecins du Monde). S'ajoute le coût des voyages qui peut faire doubler le montant initial.

“Le défaut de coordination, voire la concurrence entre les OAA” entraîne une “démultiplication” des contacts avec les autorités des pays concernés et “l'éparpillement des interventions”, souligne la Cour. Par ailleurs, la situation financière de certaines OAA “paraît fragile”. Enfance et Avenir est ainsi déficitaire, et Médecins du Monde tient grâce à ses autres activités.

La réforme engagée par le gouvernement répond en partie à certaines recommandations de la Cour des comptes, qui demande également une réflexion sur les liens entre adoption et action humanitaire.

(retrouvez le rapport 2009 de la Cour des Comptes).


Outils personnels