2009.03.26 Kafala : “ La politique du fait accompli ”

source : La Nouvelle République

Interrogé hier soir par la NR, le préfet, Patrick Subrémon, justifie sa fermeté par la position des autorités françaises concernant la kafala. « En accord avec les autorités algériennes, explique le préfet, la France ne reconnaît pas ce type de décision. Il faut aussi dire que M. Belhachemi a fait venir cet enfant en France de manière illégale, ajoute-t-il, sans demander d'autorisation pour la faire entrer sur le territoire. Il pratique la politique du fait accompli sans respecter les procédures. »
Le préfet affirme néanmoins n'avoir aucune intention de faire expulser l'enfant. « Je n'en ai pas le droit de toute manière, explique-t-il. Il n'en a jamais été question. »
Patrick Subrémon indiquait hier soir avoir l'intention « de se rapprocher du tribunal administratif » afin que le recours introduit par M. Belhachemi soit jugé au plus vite. « Dans tous les cas, quelle que soit la décision, je réexaminerai le dossier », conclut le préfet.


Outils personnels