l.com pour

* Financi

2009.05.17 « Le consumérisme s'est emparé de l'adoption »

(Le Journal de Saône-et-Loire) Gilbert Claret Nouveau président national des Amis des enfants du monde « Le consumérisme s'est emparé de l'adoption »

L'association des Amis des enfants du monde tient son congrès biennal à Mâcon ce week-end. À cette occasion, le président Jean-Paul Plagnat a laissé sa place à Gilbert Claret, trésorier sortant.

Le JSL.- Quelles sont les missions de l'association dont vous venez de prendre les rennes ?
Gilbert Claret.- « Nous avons deux activités principales, à savoir nous sommes une ONG mais également un OAA, organisme agréé pour l'adoption internationale. Nous développons notre aide dans 14 pays dans le monde depuis 40 ans, plus précisément du soutien financier pour le fonctionnement de structures exclusivement en direction de l'enfance ; en ce qui concerne l'adoption, il y a quelque 130 arrivées d'enfants par an en France. »

Le JSL.- Vers quel grand chantier allez-vous vous orienter ?
G.C.- « Nous développons un axe de réflexion autour de la dualité de nos missions. On s'aperçoit de l'interdépendance de ces deux activités que sont l'adoption et l'ONG. L'environnement international nous amène à nous poser des questions. Mais notre mission est avant tout de chercher une famille pour un enfant et non le contraire. On ne fait pas dans l'offre de service, mais le consumérisme s'est emparé de l'adoption. Les gens arrivent avec des exigences. On espère que l'évolution du contexte soit plus rigoureuse. »

Le JSL.- Les dons sont-ils plus rares à trouver dans cette période ?
G.C.- « Les collectes ont diminué de 10 % en trois ans. Pourtant nous ne sommes pas trop à plaindre, nous avons un fond de donateurs fidèles et généreux. Nous réfléchissons simplement à faire mieux et différemment. C'est en terme d'ambition qu'il faut travailler. Si on fait ce qu'il faut on y arrivera. D'autant plus grâce à notre lien individuel qui fonctionne : c'est une chaîne solidaire du donateur à l'enfant aidé où chacun connaît ce que fait l'autre. »

Propos recueillis par Fanny Dutel-Pillon


Outils personnels