2009.06.22 Madonna place les orphelins du Malawi sous les feux des projecteurs

source : AFP

De Felix MPONDA

ZOMBA, Malawi (AFP) — Eliza Manyoza, vendeuse de bananes au Malawi, n'a jamais entendu une chanson de Madonna. Elle connaît seulement la star américaine pour son engagement envers les orphelins du pays et son adoption polémique de deux petits Malawites.

“On m'a dit que c'était une femme gentille qui veut aider nos enfants”, lance Mme Manyoza, son bébé de neuf mois sur le dos et un panier de bananes sur la tête.

Cette mère de famille de 39 ans se réjouit aujourd'hui de l'adoption de Mercy Chifundo James, une fillette de trois ans qui a quitté vendredi soir le Malawi à bord d'un jet privé pour rejoindre la chanteuse à Londres.

“C'est une très bonne nouvelle et c'est très aimable de sa part”, lance cette vendeuse du bidonville de Chikanda, près de l'ancienne capitale Zomba.

Eliza Manyoza connaît aussi le dévouement de la pop star pour les dizaines de milliers d'orphelins de ce pays pauvre d'Afrique australe. Avec sa fondation “Raising Malawi”, Madonna a construit un orphelinat ultramoderne à Mchinji, où elle a rencontré lors de sa première visite en 2006 David Banda dont elle a obtenu la garde peu après.

La chanteuse âgée de 50 ans a également un centre de jour, Consol Home, qui s'occupe de 10.000 enfants vivant dans des villages près de la capitale Lilongwe.

“Cela montre tout simplement que Madonna voit la question des orphelins comme un problème grave qui doit être résolu. Mais combien d'enfants peut-elle emmener hors du Malawi? Où sont les riches Malawites qui devraient adopter leurs propres enfants et ne pas laisser cette tâche à Madonna?”, s'interroge-t-elle.

“Où sont les riches politiciens? Où est le gouvernement? Madonna n'y arrivera pas toute seule même si elle a beaucoup d'argent!”, dit avec sagesse Mme Manyoza, un avis partagé par des milliers de Malawites.

Car le gouvernement ne finance aucun orphelinat dans ce pays pauvre où environ un demi-million d'enfants, soit près de 10% de la population, ont perdu l'un de leurs deux parents à cause du sida.

Ce phénomène ne cesse de croître avec des centaines d'orphelinats, tous privés et répartis dans un pays à peine plus grand que l'Etat de New York aux Etats-Unis. Rien qu'à Zomba, 12 orphelinats ont ouvert ces deux dernières années.

“Nous avons atteint un point critique et le Malawi n'a pas les moyens de résoudre le problème”, estime Cyrus Jeke, un responsable du ministère du Développement des femmes et des enfants.

Faux, répondent les associations locales. Le gouvernement pourrait utiliser les revenus fiscaux pour “prendre soin de ces enfants au lieu de les abandonner au bon vouloir des célébrités”, conseille Undule Mwakasungura, président du Comité consultatif des droits de l'Homme.

Cette coalition de 85 organisations locales s'est fortement opposée aux adoptions de Madonna, déjà mère de deux enfants biologiques. Le comité l'avait accusé de s'être servie de sa célébrité et de sa richesse pour accélérer la procédure, la législation du Malawi n'étant pas favorable aux adoptions internationales.

Pour les ONG, l'Etat a les moyens d'aider financièrement ces orphelins mais il manque simplement de volonté.

“Ce qui nous manque, c'est de savoir comment utiliser ces ressources. C'est une question d'engagement. Nous avons besoin de gonfler les ressources des services sociaux”, préconise Boniface Mandere de l'association “L'oeil d'un enfant”.


Outils personnels