Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2009.07.04_chine [2009/07/25 02:20] (Version actuelle)
kim créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +h1.2009.07.04 Au pays des enfants volés
  
 +source : [[http://​www.rfi.fr/​actufr/​articles/​115/​article_82393.asp|RFI]]\\  ​
 +
 +par Nicolas Vescovacci
 +
 +**Selon des chiffres officiels, entre 10 et 20 000 enfants sont kidnappés chaque année dans ce pays, puis vendus à des trafiquants ou à des proxénètes. Le China Daily affirme dans son édition du vendredi 3 juillet que la police vient de découvrir un nouveau trafic à l’adoption dans le sud-ouest du pays. Depuis 2001, quatre-vingt bébés de sexe féminin auraient été vendus à des familles étrangères au « prix unitaire » de trois mille dollars américains. Le plus souvent, se sont les garçons qui sont des cibles de choix. Avec la complicité active ou passive des autorités, des milliers de familles chinoises sont confrontées à ces trafics d’enfants qui sont l’une des conséquences de la politique de l’enfant unique instaurée au début des années 1980.**
 +
 +L’histoire est racontée ce vendredi 3 juillet par le China Daily. Comme tous les pères de famille, Lu, un habitant de la ville de Zhenyuan, dans la province de Guizhou, voulait un garçon. Une question d’héritage et de tradition. La loi impose à ce père de famille de faire un enfant et un seul, quel que soit son sexe. Lu et sa femme ont pourtant donné naissance à trois filles avant d’avoir un garçon. Enfin ! Pour avoir enfreint le code de la famille, ce couple a payé pendant plusieurs années une amende annuelle de 700 euros. Au début de l’année 2009,  Lu est convoqué par un membre du planning familial : « Donnez-nous une de vos filles ou vous aurez à payer une nouvelle amende de 3.000 dollars américains. C’est la politique maintenant. Vous payez ou vous laissez le gouvernement s’occuper de votre fille ».
 +
 +Lu et sa femme croient faire le bon choix et confient l’une de leurs petites filles aux autorités locales. Mais au lieu d’être placé dans une famille sans enfant, le bébé est immédiatement envoyé dans un orphelinat, puis vendu à une famille étrangère pour trois mille dollars. Selon les enquêteurs chinois, certains membres du planning familial local auraient organisé la vente de quatre-vingt bébés en l’espace de huit années. Une fois les enfants pris en charge, les trafiquants leur imprimaient de faux papiers pour qu’ils soient déclarés orphelins. ​
 +
 +**Les jeunes garçons, cibles de choix**
 +
 +Cette histoire n’est qu’un exemple parmi de très nombreux rackets et kidnappings dont sont victimes chaque année des milliers de familles chinoises.
 +
 +Dans un pays ou la politique de contrôle de l’enfant unique a fait grimper la cote des mâles, les garçons sont une cible de choix. Ils représentent en effet les trois-quarts des enfants enlevés.
 +
 +Les familles victimes sont souvent des travailleurs migrants, parfois naïfs qui laissent leur enfant jouer sans surveillance. Des gangs très bien organisés agissent dans les rues, dans les marchés ou dans les gares. Parfois, il ne s’agit que d’un rapt isolé destiné à renflouer le portefeuille d’un individu désargenté.
 +
 +Les enfants kidnappés sont souvent vendus à des couples, en général des paysans, privés de descendance masculine. Si la politique de l’enfant unique a été à peu près bien appliquée dans les villes, la réforme démographique n’a jamais été respectée dans les campagnes où le garçon est considéré comme une assurance-vie. Selon la tradition, lorsque les filles se marient, elles rejoignent leur belle-famille. « Une fille, c’est de l’eau qui passe », dit-on dans les campagnes, tandis qu’un garçon assurera les vieux jours et entretiendra la mémoire des anciens. Dans le milieu rural, une famille sans héritier peut être ostracisée,​ voire méprisée par les voisins.
 +
 +**Age moyen : 4 ans**
 +
 +L’âge moyen de la victime serait de quatre ans. Un « petit homme » capable de marcher, mais assez tendre et malléable pour ne pas poser de problèmes. Les parents adoptifs payent cher, entre 1.500 et 5.000 euros. Ils prennent soin de l’enfant et ont l’impression de faire une bonne action car on leur présente « leur enfant » comme un orphelin des rues. Les ravisseurs risquent la peine capitale. Mais en pratique, ils ne sont pas menacés. Il existe à ce jour peu de cas de condamnations.
 +
 +En 2008, la [[pays:​Chine]] a bien décidé de mettre en place un plan de lutte contre les enlèvements d’enfants. Mais l’Etat chinois refuse de reconnaître l’ampleur du phénomène qui ternit l’image officielle de la société harmonieuse voulue par le président Hu Jintao. Les médias gouvernementaux préfèrent éviter le sujet. Il ne reste qu’internet pour diffuser des informations.
 +
 +C’est d’ailleurs à la suite de l’enlèvement de son fils de trois ans et demi à Shenzhen que Peng Gaofeng, 31 ans, a décidé de monter sur le net un réseau d’entre aide : « Le comité pour la recherche des enfants ». Sur ce site, les parents peuvent diffuser les photos et le signalement de leurs enfants et tenter de réunir des informations. Depuis 2008,  Peng Gaofeng dédie son temps et son argent à la lutte contre ce marché du kidnapping qui a pris racine dans la politique de l’enfant unique. L’espoir de retrouver son fils unique nourrit sa quête. Le chagrin et la rage sont les moteurs de son combat. Mais Peng Gaofeng sait que, plus le temps passe, plus il sera difficile d’aboutir.
 +
 +
 +{{tag>​Actualité 2009 Chine}}

Outils personnels