OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2009.10.06_adoption_le_cri_d_amour_d_un_papa_morbihannais [2009/10/06 16:06] (Version actuelle)
marcantoine créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +h1. 2009.10.06 Adoption, Le cri d'​amour d'un papa morbihannais
 +([[http://​www.letelegramme.com/​ig/​generales/​regions/​morbihan/​adoption-le-cri-d-amour-d-un-papa-morbihannais-06-10-2009-595367.php|Le Télégramme]]) Gérard Flageul a adopté Alex, 3 ans, quand il a épousé sa maman. C'​était à [[pays:​Madagascar]]. Aujourd'​hui,​ un imbroglio administratif l'​empêche d'​obtenir un visa pour faire venir le petit garçon en France.
  
 +Au départ, c'est une très jolie histoire. Gérard Flageul, éleveur de volailles à Silfiac (près de Pontivy, [[tags:​56|Morbihan]]),​ rencontre Véronique, une jeune femme malgache. Ils décident de se marier. La cérémonie a lieu à Tamatave (nord-est de Madagascar),​ le 8 novembre 2008. La jeune mariée est maman d'un petit garçon de 3ans à l'​époque,​ né de père inconnu. Naturellement et par une procédure d'​adoption simple, Gérard devient le papa d'​Alex.
 +
 +**Un simple visa**
 +
 +Après le mariage, Gérard rentre seul chez lui. Pour obtenir le visa de son épouse, il fallait attendre la transcription de cette union sur le livret de famille français. «Nous savions que c'​était la procédure»,​ précise Gérard. Du coup, Véronique arrive en France quelques mois plus tard, le 13 mars dernier. Mais c'est là que leur histoire se complique. Le petit garçon n'est pas du voyage, à la grande tristesse de ses parents. Il a dû rester avec sa grand-mère,​ faute de visa. «Le consulat de France nous réclame avec insistance la retranscription en français de l'​adoption réalisée à Madagascar. On appelle ça l'​exequatur»,​ explique le papa. Or, cette démarche n'est pas nécessaire pour l'​obtention d'un visa. «Je me suis renseigné, j'ai appelé l'​[[oaa:​agence française de l'​adoption afa|Agence de l'​adoption]] à Paris et l'on m'a répondu qu'en aucun cas, le consulat de France ne peut demander ce document pour délivrer le visa». La démarche de reconnaissance d'​adoption en France sera entamée par les parents, quand l'​enfant sera sur le sol français. Impossible pourtant de se faire entendre auprès des instances locales. L'​exequatur ne pourra être réalisée qu'une fois l'​enfant en France, il lui faut un visa pour venir et il ne l'​obtient pas faute de cette procédure. «C'​est le serpent qui se mord la queue», commente le jeune marié qui ne souhaite qu'une chose: «Retrouver ma femme et mon fils». Selon lui, «le dossier de l'​enfant est en règle. Il a tous ses papiers: passeport, carnet de vaccination,​ sortie de territoire... Rien ne justifie que tout soit en suspens».
 +
 +**Il y a urgence**
 +
 +Et, aujourd'​hui,​ le temps presse, car la maman qui est retournée auprès de son petit garçon doit rentrer en France pour le 8 décembre dernier délai, date à laquelle son billet d'​avion expire. «Tout est prêt pour l'​accueillir ici, sa chambre à la maison, il est inscrit à l'​école à Silfiac. Il n'a jamais eu de père et maintenant qu'il en a un, on refuse que nous vivions ensemble», regrette le papa qui lance un véritable cri du coeur. «Nous voulons simplement être heureux en famille, c'est notre droit le plus fondamental». Serge Moëlo, maire de Silfiac, s'est engagé à soutenir le couple dans ses démarches, tout comme Françoise Olivier-Coupaud,​ député, qui doit remettre ces jours-ci un dossier en main propre à Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères. «Parce que cette histoire doit se résoudre au plus vite. Il est inadmissible qu'une maman ait à choisir entre vivre aux côtés de son mari ou de son fils». ​
 +
 +{{tag>​Actualité France 2009 Madagascar 56}}

Outils personnels