Un crédit vous est gratuit avec le groupe “Crédit finance service” si vous étés vraiment éligible pour un crédit ou financement. Contactez les dés aujourd'hui pour en bénéficié de leurs service sans aucun regrette économique de votre niveau.

Contact: cfi.service.01@gmail.com Whatshapp: +33733622558

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2009.10.14_jura [2009/10/15 08:24] (Version actuelle)
kim créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +h1.2009.10.14 Un conseil général à la barre face à un couple homosexuel
  
 +source : [[http://​www.lemonde.fr/​societe/​article/​2009/​10/​14/​un-conseil-general-a-la-barre-face-a-un-couple-homosexuel_1253802_3224.html|Le Monde]]\\  ​
 +
 +Besançon Correspondant
 +
 +Quand la Cour européenne des droits de l'​homme (CEDH) a condamné la France le 22 janvier 2008 en jugeant "//​discriminatoire//"​ le refus du [[tags:​39|conseil général du Jura]] de lui délivrer un agrément d'​adoption,​ Emmanuelle B. a cru son cauchemar judiciaire achevé.
 +
 +L'​enseignante,​ qui est homosexuelle et qui vit en couple avec une psychologue,​ se bat depuis près de dix ans pour satisfaire son "​désir d'​enfant"​. Elle a déposé une nouvelle demande le 22 avril 2008. Mais, en dépit du jugement de la CEDH, d'​enquêtes sociales et psychologiques favorables, Jean Raquin, président (div. d.) du conseil général, lui a opposé une deuxième fin de non-recevoir le 26 janvier 2009.L'​ambiance oscillait donc entre lassitude et combativité,​ mardi 13 octobre, au tribunal administratif de Besançon où Emmanuelle B. réclamait l'​annulation de cette dernière décision et la mise en demeure du conseil général de lui délivrer enfin l'​agrément pour une adoption internationale,​ sous peine d'une astreinte de 100 euros par jour de retard.
 +
 +Entre-temps,​ la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'​égalité,​ également saisie, lui avait donné raison en observant, le 5 octobre 2009, la "​violation"​ de l'​arrêt de la Cour européenne commise selon elle par le président Raquin. A l'​audience,​ mardi, le rapporteur public, Alexis Pernot, l'a lui-même admis et considéré que "//la résistance du [[tags:​39|conseil général du Jura]] a assez duré//"​.
 +
 +Les deux femmes, elles, avaient le sentiment d'un retour à la case départ. C'est devant le même tribunal qu'​Emmanuelle B. avait obtenu, le 24 février 2000, l'​annulation du refus initial de sa demande d'​agrément avant que la cour d'​appel de Nancy ne se prononce en sens inverse.
 +
 +Ce choix d'​adopter en son nom personnel et d'​être "//la mère//",​ Emmanuelle l'​avait fait à 36 ans. Elle en a aujourd'​hui 48. "//​J'​ai le sentiment que cet acharnement vise à laisser le temps s'​écouler pour qu'un jour ma cliente soit trop âgée pour adopter//, a expliqué Me Caroline Mécary, son avocate. Le président du conseil général est un conservateur. Sa position est politique, pas juridique. Il fait prévaloir son opinion. C'est intolérable."​
 +
 +Le président Raquin n'a jamais ouvertement mis en avant l'​homosexualité de l'​institutrice. La CEDH a pourtant estimé son refus lié à "//​l'​orientation sexuelle//"​ de la requérante,​ ce qui est contraire aux articles 8 et 14 de la Convention européenne des droits de l'​homme. L'​avocat du conseil général, Me Christophe Nicolay, l'a contesté et noté que l'élu avait fondé sa décision sur deux motifs : un désaccord entre les deux femmes sur l'âge de l'​enfant à adopter et un manque d'​engagement de la compagne d'​Emmanuelle B. dans la démarche. Ce que le couple, pacsé et fort de vingt ans de vie commune, nie.
 +
 +Le rapporteur public, M. Pernot, a relevé que les rôles avaient été bien définis, "//​maternel//"​ pour Emmanuelle, "//​éducatif et socialisant//"​ pour sa compagne. Il y a eu "​erreur d'​appréciation"​ du président Raquin, a conclu le magistrat pour qui une "​divergence de vue" sur l'âge de l'​enfant ne serait en l'​espèce pas "​notable"​ au point de justifier un refus.
 +
 +Le tribunal rendra son jugement d'ici trois semaines. "On continue d'y croire",​ dit Emmanuelle. Elle sait qu'en cas de désaveu, le conseil général fera appel. "//Si cela se produisait, je saisirais la Cour européenne dans le cadre d'une procédure d'​urgence//",​ a déjà prévenu Me Caroline Mécary.
 +Jean-Pierre Tenoux
 +
 +{{tag>​Actualité France 2009 homoparentalité 39}}

Outils personnels