2009.11.20 Violences dans un orphelinat de la Fondation Zannier Holybaby

source : Cambodge Soir

Écrit par A. C. et N. S.

Au moment où les sénateurs discutent du nouveau projet de loi sur l’adoption, le directeur du centre est en attente de son jugement pour coups et blessures sur mineurs.

« Le directeur de l’orphelinat a été relâché provisoirement en attendant son procès », a déclaré Men Makara, enquêteur dans l’organisation de défense des droits de l’homme Adhoc, en charge de cette affaire. L’enquêteur précise que le directeur a versé 500 dollars à la Cour de Kandal. Il s’est en outre engagé à répondre à toutes les convocations de la justice.

Meth Narong, 55 ans, a été arrêté fin octobre pour avoir frappé avec un bâton trois orphelins, âgés de 14 à 16 ans. L’un d’eux, blessé à la tête, avait été conduit à l’hôpital pour y recevoir des soins.

Parce qu’il faisait trop chaud dans leur dortoir, les adolescents avaient décidé d’installer leurs matelas dehors, mais dans la nuit, un chien les a en partie déchirés, entraînant ce déchaînement de violence de la part du directeur.

L’un des adolescents brutalisés a indiqué sur Radio Free Asia que ce n’était pas la première fois que Meth Narong se comportait de cette façon avec les enfants dont il s’occupait.

Men Makara d’Adhoc se déclare inquiet de savoir Meth Narong en liberté. Et surtout qu’il poursuive ses activités et puisse faire pression sur les victimes, car « il n’a pas reconnu sa faute ». L’enquêteur s’étonne en outre que le procès tarde à venir, car le greffier lui a confirmé que l’enquête était terminée. Contacté par Cambodge Soir Hebdo, un représentant de la fondation au Cambodge a confirmé que Meth Narong conservait son poste de directeur de l’orphelinat Holybaby 2.

La grande majorité des derniers enfants adoptés au Cambodge par des couples Français proviennent des deux orphelinats de la Fondation d’entreprise Zannier Holybaby, situés dans la périphérie de Phnom Penh. La fondation finance également, en partie, le volet cambodgien du programme des volontaires de l’adoption internationale, initié en 2008 par Rama Yade alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères et aux droits de l’homme.


Outils personnels