OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

actualité:blog:2009.11.22_adoption_internationale [2009/11/23 11:15] (Version actuelle)
marcantoine Page name changed from actualité:blog:2009_11.22_adoption_internationale to actualité:blog:2009.11.22_adoption_internationale
Ligne 1: Ligne 1:
 +h1.2009.11.22 Adoption Des assises sur le regard des pays étrangers
 +source : [[http://​www.lalsace.fr/​fr/​region/​colmar/​article/​2221340,​208/​Des-assises-sur-le-regard-des-pays-etrangers.html]]\\  ​
 +\\
 +Colmar accueillait,​ hier, les assises régionales de l’adoption sur le volet international.\\
 +\\
 +Point de hasard dans le choix du 21 novembre pour tenir les assises régionales de l’adoption. Cette date marque en effet le 20 e anniversaire de la convention des droits de l’enfant. Une quinzaine de régions avaient répondu à l’appel de la fédération Enfance et familles d’adoption (Efa). En Alsace, les deux associations,​ bas-rhinoise et haut-rhinoise,​ avaient choisi comme thème de réflexion l’adoption internationale. En 2008, en France, celle-ci représente 3 271 enfants, alors qu’il y a eu quelque 800 adoptions nationales (28 internationales et onze nationales dans le Haut-Rhin). « Dans les années 80, le rapport était inversé », fait remarquer Nathalie Parent, présidente de l’Efa 68.\\
 +\\
 +**Adoption réciproque**\\
 +\\
 +La rencontre, qui a attiré environ 130 personnes, portait plus précisément sur les pays étrangers, leur regard sur l’adoption internationale et surtout la préparation des enfants à cette aventure.\\
 +\\
 +Car comme le souligne Olivier Kauffmann, président bas-rhinois,​ pour que cela « marche », il faut que l’adoption soit réciproque entre les ou le parent et l’enfant. C’est ainsi que des structures sont mises en place pour « préparer » psychologiquement l’enfant qui va être adopté.\\
 +\\
 +C’est le cas au Brésil par exemple comme l’a détaillé Fernando Freire, psychologue à Sao Paulo. Dans ce pays, le nombre d’enfants adoptables par des étrangers a diminué car les Brésiliens eux-mêmes se sont mis à adopter. C’est aussi le cas en Chine comme l’a souligné le consul de Chine à Strasbourg. Du coup, « les enfants qui arrivent sont plus âgés et parfois handicapés », poursuit Nathalie Parent. Celle-ci affirme que contrairement à une idée reçue, « un enfant grand ne signifie pas forcément un échec d’adoption ».\\
 +\\
 +**Adoption éthique**\\
 +\\
 +Encore faut-il, justement, qu’il y ait eu un accompagnement en amont pour que le jeune soit « partie prenante » au projet d’adoption. En Algérie, les enfants adoptables seraient plutôt des bébés. Là aussi, il y a un système de préparation comme l’ont expliqué deux intervenants.\\
 +\\
 +La présidente haut-rhinoise explique encore que les adoptions internationales se font en ce moment principalement en Haïti, en Éthiopie, en Ukraine, en Chine, au Vietnam ou au Mali. Que le Togo, la Roumanie ou le Guatemala sont « fermés ». Une fermeture peut venir, comme au Guatemala, d’une situation malsaine de trafic, qui nécessite une période de remise en ordre. Elle ajoute que les principaux problèmes résident dans la durée (trois à quatre an en moyenne) et dans l’inadéquation entre l’agrément (souvent pour des enfants jeunes) et le profil des enfants adoptés (de plus en plus souvent des grands).\\
 +\\
 +L’Efa compte 400 adhérents en Alsace. L’association a une mission d’information et de soutien. Elle compte dans ses rangs des majeurs adoptés « qui nous apprennent beaucoup notamment sur l’importance,​ pour eux, que l’adoption soit éthique c’est-à-dire sans dessous de table. Ils ne veulent pas avoir le sentiment d’avoir été achetés », confie Nathalie Parent. Et de conclure par un credo : « Le but est de trouver une famille pour un enfant, pas l’inverse. »\\
 +\\
 +Annick Woehl\\ ​
  
 +{{tag>​Actualité Adoption internationale}}

Outils personnels