2009.12.01 Ce père veut récupérer sa fille née sous X

source : Le Parisien

Le père biologique d’une petite fille née sous X réclame la garde de l’enfant placée dans une famille d’adoption. La cour d’appel d’Orléans examine l’affaire aujourd’hui.

Yves Boiteau

En plein débat sur les limites de l’accouchement sous X, l’affaire embarrasse la justice. Père biologique d’une fille née anonyme en août 2006 au Mans (Sarthe), Julien Charnolé conteste aujourd’hui, devant la cour d’appel d’Orléans (Loiret), l’adoption plénière accordée en mai à une famille où la fillette a été placée à l’âge de 4 mois.
Pour cet ingénieur de 29 ans, la démarche résulte d’un scénario où mensonges et retards judiciaires ont retardé la révélation d’une paternité qu’il veut désormais assumer.
Tout démarre le 23 août 2006. Ce jour-là, Julien Charnolé retrouve sa compagne, disparue depuis 48 heures, à la maternité du Tertre-Rouge au Mans. Fragile, elle lui a caché jusqu’au bout une grossesse, prétendant une maladie intra-utérine pour expliquer sa prise de poids. Une petite fille prénommée Jeanne voit le jour le lendemain mais l’homme ne la verra pas. Le bébé naît sous X conformément au voeu de la mère pour qui il est « le fruit d’un viol collectif ». « Par amour », Julien Charnolé se range au choix de sa compagne et Jeanne est placée dans une famille d’accueil.
Le 9 janvier 2008, l’histoire rebondit. Le juge en charge de l’enquête sur le viol révèle à Julien Charnolé qu’il est bien le père de l’enfant. Des tests ADN réalisés deux ans plus tôt, pour les besoins de l’instruction, sont formels. Depuis cette date, il a engagé une longue bataille juridique pour tenter de récupérer sa fille.


Outils personnels