l.com pour

* Financi

2009.12.19 Eloïse ne peut avoir de papa, mort avant d'arriver à l'orphelinat

source : http://www.rtbf.be/info/monde/justice/justice-eloise-ne-peut-pas-avoir-de-papa-il-est-mort-avant-darriver-a-lorphelinat-1717

Eloïse a deux ans et n'aura pas de papa. C'est la justice française qui l'a décidé. Pourtant, cette petite fille a été follement désirée et aimée par l'homme qui devait l'adopter. Mais il est décédé d'un accident d'avion en venant la chercher.

C'est le Nouvel Obs qui annonce cette décision de justice française. Diane Le Chapelain-Atlan avait introduit une demande d'adoption plénière de la petite Eloïse en son nom et celui de son époux défunt. Cette procédure vise à rompre définitivement le lien avec la famille d'origine, elle débute 6 mois après l'adoption. Le parquet du tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand a rejetté cette requête pour le père décédé. Il se base sur un article du code civil français qui stipule qu'une telle demande n'est acceptée que si l'adoptant est mort “après avoir régulièrement recueilli l'enfant”. Or si Eric Atlan s'était déjà rendu deux fois en Russie pour faire connaissance avec la petite Eloïse, il est mort le 14 septembre 2008, lors du crash du Boeing 737 de la compagnie Aeroflot qui l'amenait dans l'Oural. En pleine rentrée universitaire, ce professeur avait décidé de rejoindre son épouse en Russie 4 jours plus tard afin qu'ils aillent chercher ensemble à l'orphelinat la fillette âgée de 11 mois à l'époque. Les deux parents avaient reçu l'agrément de la DASS pour cette adoption. Tout devait bien se passer.

Diane et Eloïse ont quitté la Russie quatre jours après l'accident d'avion, juste après la découverte des boites noires du Boeing, mais sans aucun soutien du gouvernement russe ou de l'ambassade de France à Moscou. “On a mis un ambassadeur à la disposition des familles françaises des victimes du vol Rio- Paris”, rappelle la maman. “Moi, je suis toute seule (…) Je dépense une énergie folle pour tenter de savoir dans quelles conditions mon mari à trouvé la mort dans cet avion. Et je dois par ailleurs me battre comme une lionne contre l'administration française pour que ma fille porte le nom de son père adoptif. J'irai, si il le faut, jusqu'à solliciter Nicolas Sarkozy afin que cette loi, privant un enfant d'un père ou d'une mère adoptant décédé, soit modifiée. Mes enfants n'ont plus de père. Je me retrouve veuve à 38 ans. Je n'ai plus rien perdre !” déclare-t-elle.

Diane Le Chapelain- Atlan n'a pas lancé de pétition en ligne mais elle tient un blog ouvert aux commentaires.


Outils personnels