2010.01.17 En attente d’enfants haïtiens adoptés, des familles se mobilisent devant le Quai d’Orsay

source : France Info

Une cinquantaine de personnes ont déposé des bouteilles d’eau, autant de symboles de SOS jetés à la mer, devant le ministère des Affaires étrangères ce dimanche après-midi. En attente d’adoption d’enfants haïtiens, elles demandent leur rapatriement en France.

Francesca, Nadia, Jean, Marc, Emile. Ces prénoms, ce sont ceux d’enfants haïtiens en attente d’adoption. Ils ont été inscrits au marqueur sur des bouteilles d’eau, déposées devant les grilles du ministère des Affaires étrangères. Les familles réclament l’évacuation d’urgence de ces enfants vers la France.

La cinquantaine de personnes présente ce dimanche après-midi répond à l’appel du collectif “pour l’évacuation des enfants en cours d’adoption en Haïti” . C’est Grégoire Villedey, lui même en attente d’adoption, qui avait lancé le mouvement vendredi.

Incompréhension des familles

Tous s’insurgent contre le refus de la France de rapatrier d’urgence leurs enfants adoptifs. Le Quai d’Orsay estime devoir d’abord donner la priorité “à l’urgence des secours”. Michel déplore que Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, ne prenne pas position sur le sujet. Avec sa femme Yvette, il est venu déposer une bouteille au nom de Manoli, son petit-fils adoptif. “Je suis là pour ma fille qui habite Bordeaux. Elle a entamé une procédure d’adoption il y a trois ans”, explique le grand-père. Le centre où vivait Manoli près de Port au Prince n’a pas été détruit, mais ils sont encore sans nouvelles de l’enfant.

Des bouteilles pour appeler à l’aide

Ces bouteilles sont autant de symboles de SOS jetés à la mer. Mais pour ces familles, elles représentent aussi la vie et le besoin d’eau des enfants. Beaucoup sont au téléphone, pour signaler à leur proches que la bouteille a bien été déposée. Ils se félicitent du succès du rassemblement, organisé à peine quelques heures auparavant. “C’est une super idée”, entend-t-on dans la foule.

Christine et François ont six bouteilles dans les bras. Ils attendent de pouvoir accueillir Gislaine en France. Leur procédure d’adoption a été entamée il y a deux ans. La directrice de l’orphelinat de la petite fille à Pétion Ville a réussi à les contacter. Elle leur demande que les enfants adoptés soient très vite évacués. “Les enfants adoptés prennent la place d’autres orphelins dans le besoin à Haïti”, explique Christine.

Les Pays-Bas rapatrient des enfants

Une délégation de ces parents devait être reçue par le Quai d’Orsay. La pétition sur internet a déjà récolté plus de 11 000 signatures. Les Pays-Bas ont, quant à eux, envoyé un avion chercher des enfants. Certains parents affirment que le Canada aurait fait de même.

Les bouteilles en plastique s’amoncellent devant les grilles du ministère. Le vent les fait tomber par terre. Mais les familles les remettent en place, inlassablement. Julie Koch


Outils personnels