Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2010.01.17 Les parents adoptifs craignent pour la vie en Haïti de leurs futurs enfants

source : Yahoo; AFP

PARIS (AFP) - Les Pays-Bas et les Etats-Unis cherchent à sortir le plus vite possible d'Haïti les enfants en cours d'adoption, face aux craintes pour leur survie dans le pays dévasté des parents adoptifs qui appellent les gouvernements, dont celui de la France, à agir rapidement.

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a annoncé dimanche que six enfants haïtiens adoptés par des familles aux Pays-Bas étaient arrivés dans l'après-midi à Eindhoven (sud) à bord d'un avion militaire néerlandais après avoir été évacués d'Haïti via Curaçao (Antilles néerlandaises).

Lundi, un avion affrété par les Pays-Bas et deux organisations d'adoption devrait partir pour Haïti afin de ramener 109 enfants en cours d'adoption par des familles néerlandaises, a précisé un porte-parole du ministère.

Les enfants, qui se trouvent dans différents foyers de Port-au-Prince, n'ont pas été blessés lors du séisme de mardi, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'organisation d'adoption De Nederlandse Adoptie Stichting, Letje Vermunt.

Sur les 109, 56 ont déjà fait l'objet d'un avis favorable d'adoption émis par un juge haïtien. Pour neuf enfants, des parents adoptifs n'ont pas encore été désignés aux Pays-Bas, selon Mme Vermunt.

Aux Etats-Unis, il y a les dossiers de “plusieurs centaines d'enfants” haïtiens, qui ont parcouru le processus d'adoption et n'attendent plus que le feu vert final pour que les enfants puissent arriver dans leur famille américaine, a de son côté expliqué la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

“Je veille personnellement à ce que nous fassions tout notre possible pour trouver et identifier ces enfants qui peuvent être adoptés, qui ont des familles qui les attendent”, a déclaré Mme Clinton dimanche à la chaîne CNN.

“Nous essayons d'accélérer les procédures qu'il faut accomplir” pour pouvoir sortir les enfants d'Haïti, a-t-elle ajouté.

A Paris, une cinquantaine de personnes volontaires pour adopter un enfant haïtien dont la procédure est en cours ont manifesté dimanche devant le ministère des Affaires étrangères pour réclamer une accélération du processus.

Les manifestants ont placé devant le portail du ministère des bouteilles en plastique vides, symboles du besoin urgent de ces enfants en eau et en nourriture.

“Il faut qu'ils aillent très vite, avant que les enfants ne meurent”, a déclaré Corinne Jusserand, 42 ans.

Les responsables de leur crèche en Haïti “nous ont dit qu'il n'y avait plus beaucoup de nourriture pour les enfants. Ma crainte maintenant c'est que les enfants meurent de faim”, a-t-elle expliqué.

Jean, le garçon haïtien qu'elle attend avec impatience d'accueillir dans sa maison près de Paris, a trois ans, mais il a le poids d'un enfant de deux ans. “Ma crainte c'est qu'il ne survive pas. Il est très faible déjà”, dit-elle.

Selon l'Agence française de l'adoption (Afa), la France est le premier pays d'accueil d'enfants haïtiens. En 2006, sur 1.300 enfants d'Haïti adoptés partout dans le monde, 591 l'ont été en France.

Toujours selon l'Afa, au moins 1.200 à 1.500 familles françaises ont une procédure en cours aujourd'hui.

Mais les autorités françaises, qui ont commencé un vaste recensement des dossiers d'adoption, ne veulent pas brûler les étapes.

Rappelant que la priorité absolue était “accordée à l'urgence des secours” aux victimes du séisme, le ministère des Affaires étrangères a indiqué samedi que “le rapatriement de l'ensemble des mineurs haïtiens pour lesquels une procédure d'adoption a été engagée n'est pas envisagé”.

Les dossiers recensés seront ensuite examinés “en fonction de leur état d'avancement et de l'intérêt supérieur de l'enfant” et “en accord avec les autorités haïtiennes”, a expliqué le ministère.


Outils personnels