LE PRÊT ENTRE PARTICULIERS EN LIGNE SANS FRAIS UNE ÉQUIPE TRÈS DYNAMIQUE A LA TACHE

Vous êtes a la recherche de prêt pour relancer vos activités soit pour la réalisation d'un projet ou vous avez besoin d'argent pour d'autres raisons ?

Par de souci même si vous êtes fiché dans votre pays et n'avez pas accès au financement veuillez contactez ce E-mail: isabellecredit53@gmail.com pour avoir connaissance des conditions d'octroi de prêt et de financement sans tracasseries et dire adieu à vos problèmes financiers.

Veuillez noter les domaines dans lesquels qu'on peut vous aider pour la réalisation de vos projets ou vous sortir de l'impasse

* Financier

* Prêts à l'investissement

* Prêts personnels

Ps : Sachez que nous travaillons à votre satisfaction, vous pouvez suivre votre dossier en ligne afin de connaître son évolution.

Veuillez me contactez par mail :isabellecredit53@gmail.com

2010.01.18 "Il faut évacuer un maximum d'enfants en cours d'adoption"

source : lci.tf1.fr

Par Amélie Gautier

Depuis mercredi, les familles en voie d'adopter en Haïti vivent dans l'angoisse et demandent à l'Etat une accélération des procédures. Lundi, Alain Joyandet a assuré que tous les petits dont les dossiers sont complets seront évacués vers la France.

Lundi matin, leur pétition “Pour l'évacuation des enfants en cours d'adoption en Haïti” comptait 18.000 signatures, leur groupe Facebook 1.500 membres. Comme les parents adoptifs du petit Charly (Lire leur histoire en cliquant ici) ; des milliers de familles vivent plongées dans l'angoisse depuis que la terre a tremblé en Haïti mardi. Comment va l'enfant qu'elles devaient recueillir ? Quand pourra-t-il venir en France ?

Les questions restent en suspens. Et les réponses du gouvernement au compte-goutte ne les satisfont pas. Dernière en date, celle lundi du secrétaire d'Etat à la Coopération. Sur Europe 1, Alain Joyandet a assuré que tous les enfants haïtiens en cours d'adoption par des familles françaises, et dont les dossiers sont complets, seraient évacués d'Haïti vers la France. “Pour tous les enfants qui ont des papiers, pour lesquels il n'y a pas d'interrogation, nous allons accélérer leur prise en charge”. Mais le ministre de prévenir qu'une telle démarche ne pourrait être entreprise pour ceux dont les dossiers d'adoption ne sont pas complets.

“On n'est pas dans les contes de Perrault”

Pour les familles : il faut accélérer les procédures afin d'épargner aux enfants en cours d'adoption les souffrances consécutives au tremblement de terre. “C'est totalement insuffisant, estime ainsi Grégoire Villedey, à l'origine du collectif “Pour l'évacuation des enfants en cours d'adoption en Haïti”. Il faut pouvoir évacuer un maximum de petits avec bien évidemment beaucoup de discernement selon l'endroit où l'enfant se trouve dans la procédure.” Avec sa femme Marguerite, ce père de famille ariégeois a adopté deux frères, Jonel, 6 ans et Hérold, 4 ans. Les deux petits garçons lui ont été attribués en mars 2007, le jugement haïtien rendu en novembre 2008. Et depuis, c'est l'attente. “Il faut faire vite, estime Grégoire Villedey, les informations qu'on reçoit sont alarmistes, on nous parle de petits de deux ans atteints de diarrhées aigües… On n'est pas dans les contes de Perrault.”

Selon l'Agence française de l'adoption, la France est le premier pays d'accueil d'enfants de l'île. En 2006, sur 1.300 enfants haïtiens adoptés partout dans le monde, 591 l'ont été en France. Entre 1.200 à 1.500 familles françaises ont une procédure en cours aujourd'hui. Face à l'impatience des familles, le ministère des Affaires étrangères a rappelé samedi que la priorité absolue était “accordée à l'urgence des secours”. Actuellement les autorités françaises recensent les dossiers d'adoption. Ils seront ensuite examinés “en fonction de leur état d'avancement et de l'intérêt supérieur de l'enfant” et “en accord avec les autorités haïtiennes”, précise le Quai d'Orsay. Là, encore les familles jointes par TF1 News, se plaignent de l'absence de retour avec cette impression d'envoyer des mails dans le vide, sans réponse. Dimanche, symboliquement, ces futurs parents adoptifs d'enfants haïtiens ont déposé des bouteilles d'eau à moitié vides devant le ministère. Dans les bouteilles le prénom du bambin, parfois une photo et le nom de la crèche dont il dépend en Haïti.


Outils personnels