2010.01.19 Enfants haïtiens adoptables bientôt en Belgique

source : RTBF
14 enfants haïtiens vont pouvoir être accueillis rapidement dans leur famille d'adoption en Belgique, onze du côté de la Communauté française et trois du côté de la Communauté flamande.

Une réunion de crise a eu lieu ce lundi et, vu l'urgence, le rapatriement des enfants aura lieu dans les tous prochains jours a indiqué la ministre de l'aide à la jeunesse, Eveline Huytebroeck. Une petite fille haïtienne dont le processus d'adoption est en cours de finalisation en Belgique, Rose-Berline Etienne, née en 2004, arrivera mardi à Bruxelles via un vol belge, a confirmé lundi le cabinet de la ministre de la Jeunesse en Communauté française Evelyne Huytebroeck sur foi d'informations disponibles auprès des Affaires étrangères.

Suite au tremblement de terre en Haïti, les ministres compétents se sont concertés et ont pris lundi une série de décisions relatives aux adoptions internationales d'enfants haïtiens.

Selon un communiqué conjoint, ces décisions portent notamment sur un accord pour l'arrivée en Belgique des enfants haïtiens “engagés dans un processus d'adoption avant le tremblement de terre, même si la procédure n'est pas terminée”.

En principe, l'arrivée de ces enfants en Belgique ne peut se faire qu'au terme d'un processus d'adoption complet dans le pays d'origine et après reconnaissance de cette adoption par l'autorité belge.

“Eu égard aux circonstances dramatiques dans lesquelles se trouve Haïti, et à titre exceptionnel, cette procédure sera considérablement assouplie pour les enfants concernés”, précise le communiqué des autorités fédérale et communautaire.

Concrètement, il s'agit de quatorze enfants âgés de 1 à 8 ans dont une petite fille qui arrivera mardi déjà à Bruxelles.

La question de l'encadrement des enfants durant le voyage a également été discutée. “Il faudra en effet s'assurer que ces enfants, parfois très jeunes, soient pris en charge de manière adéquate, tant durant le voyage que lors de leur arrivée en Belgique”.

Enfin, pour les enfants qui ne sont pas encore engagés dans un processus d'adoption, “nous considérons que la prudence est de mise”, poursuit le communiqué.

Des politiques d'adoption différentes

Des enfants qui errent dans les rues de Port-au-Prince, des enfants peut-être égarés ou isolés: parmi d'autres, ce sont des images poignantes. La volonté de les aider passe quelquefois par une demande d'adoption. On sait que la procédure est longue.

Les pays d'accueil ne pratiquent pas tous la même politique. Devant une telle catastrophe, faut-il ou non bloquer les dossiers proches de leur conclusion? Un enfant quitte son pays natal à la condition que tous les documents officiels soient réunis dans le dossier. Or, dans les conditions actuelles, obtenir un dernier papier, une dernière signature tient de la gageure.

Tout dossier complet doit aboutir, même avec retard.

Les images de ces enfants apparemment abandonnés participent à cet élan de solidarité, de générosité.

En Communauté française, deux associations d'adoption travaillent directement avec Haïti: “enfants de l'espoir” et “sourires d'enfants”. Elles rappellent que, pour ces enfants, l'adoption est la dernière solution. La priorité, sur place, est donnée au regroupement familial, retrouver un oncle, une tante, des cousins.

Déjà plus de 100 000 euros récoltés grâce aux SMS

Le numéro spécial mis sur pied vendredi par les trois opérateurs belges de téléphonie mobile pour récolter, par l'envoi d'un SMS, des fonds pour les victimes d'Haïti a déjà permis de récolter 100 000 euros.

Ce lundi, à 10 heures, plus de 100 000 textos valant 1 euro chacun avaient en effet été envoyés au numéro 4666, ont annoncé les opérateurs. Les clients des trois opérateurs ont jusqu'au 31 janvier minuit pour participer à cet élan de générosité. Il leur suffit d'envoyer un SMS au 4666 avec la mention “oui” ou le code de l'organisation qu'ils souhaitent soutenir pour verser 1 euro en faveur des victimes.

Le site de sms4666 ou smshaiti

M.S. avec Dominique Delhalle et Belga


Outils personnels