l.com pour

* Financi

2010.01.20 Ottawa reste ferme

source : radio-canada.ca
Le ministre canadien de l'Immigration réitère que le gouvernement n'entend pas assouplir davantage les règles qui encadrent les procédures de réunification familiale prévues par la Loi canadienne sur l'immigration, comme le souhaitent de nombreux Canadiens d'origine haïtienne.

« Nous avons une loi qui définit ce qu'est une famille », a indiqué mercredi matin le ministre canadien de l'Immigration, Jason Kenney. « Ça comprend […] les parents, les grands-parents, les époux - et je dois mentionner que nous avons une définition d'époux plus large que les autres pays - et les enfants dépendants. »

Le ministre Kenney n'entend donc pas donner suite aux demandes des Canadiens d'origine haïtienne qui voudraient que cette définition soit étendue pour inclure des frères, des soeurs, des tantes, des oncles, des nièces ou des neveux. Les critères canadiens, dit-il, sont déjà parmi les plus généreux au monde.

Le ministre Kenney a annoncé samedi qu'Ottawa va faciliter « la réunification des citoyens canadiens et des résidents permanents du Canada avec les membres de leur famille qui ont été touchés de façon importante et préjudiciable par le séisme ».

Le ministre de l'Immigration a profité du point de presse donné tous les matins par ses collègues des Affaires étrangères et de la Défense pour mettre en garde la population contre des consultants en immigration véreux. Ces derniers font miroiter la possibilité d'accélérer les processus d'immigration. Aucun consultant n'a ce pouvoir, a-t-il dit clairement.

Une centaine de dossiers d'adoption à traiter

Ottawa fait par ailleurs tout ce qu'il peut pour faciliter l'arrivée au pays d'enfants haïtiens qui étaient en voie d'être adoptés par des Canadiens, a assuré mercredi le ministre canadien de l'Immigration, Jason Kenney. Le gouvernement fédéral, dit-il, va prendre connaissance de quelque 100 dossiers acceptés par les autorités provinciales.

Dans la majorité des cas, a dit le ministre, ces dossiers en étaient à l'étape de l'approbation par les autorités haïtiennes. Le Canada essaiera d'obtenir ces approbations, absolument essentielles pour que ces enfants soient placés à bord d'un avion et remis à leur famille adoptive.

Les rumeurs selon lesquelles le président Préval approuverait d'emblée toutes les adoptions sont fausses, a dit Jason Kenney. Le feu vert doit être donné par un comité spécial mis sur pied à ce sujet. Le ministre croit savoir que le juge haïtien responsable de donner cette approbation en Haïti est lui-même mort dans le séisme.

Lorsque les dossiers d'adoption seront approuvés en bonne et due forme, le ministère s'assurera que les enfants recevront un permis de séjour temporaire. Ottawa assumera les frais de traitement des dossiers ainsi que les frais de santé dont ils pourraient avoir besoin jusqu'à ce qu'ils soient couverts par les systèmes de santé provinciaux.

Jason Kenney dit espérer que des enfants puissent être rapatriés d'ici quelques jours, mais précise que chaque cas est différent.

Le ministre dit être conscient que de nombreux Canadiens manifestent un intérêt pour adopter des enfants devenus orphelins dans la foulée du séisme.

Il rappelle toutefois que les pratiques internationales reconnues préconisent que les orphelins restent dans leur pays si possible. L'adoption dans des pays étrangers ne vient qu'ensuite. À plus long terme, cependant, le Canada pourrait travailler de concert avec l'UNICEF pour déterminer ce qui peut être fait à ce sujet.

audio-vidéo, Daniel L'heureux résume le point de presse du ministre de l'Immigration, Jason Kenney, sur l'accueil des sinistrés au Canada.


Outils personnels