Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2010.01.20 Adoption: 276 enfants haïtiens devraient être rapatriés en France

source : liberation.fr
Le Quai d'Orsay cherche l'équilibre entre, d'un côté, des familles adoptantes qui réclament le rapatriement des enfants au nom de l'urgence sanitaire, et de l'autre des associations qui craignent des adoptions abusives.

C.B.

Plus d'une semaine après le séisme, la question de l'évacuation des enfants qui étaient en cours d'adoption en Haïti avant le drame fait débat, polarisé autour de deux impératifs: secourir ces enfants au plus vite, mais sans pour autant relâcher la vigilance sur les procédures d'adoptions, dans un contexte de totale désorganisation.

Alarmées par le risque sanitaire auquel se retrouvent confrontés ces enfants (manque de nourriture, d'abris, de soins), les familles adoptantes en appellent au pragmatisme et demandent au quai d'Orsay l’accélération des procédures d’accueil. Prudence, rétorquent les organisations et associations de défense des droits de l'enfant (l'Unicef, Défense des enfants international) qui disent comprendre l'inquiétude des familles mais préviennent contre des risques d'adoptions illégales dictées par l’émotion. Et donnent la priorité à l'aide sur place.

Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, a ainsi mis en garde hier mardi: «Sous le bon prétexte de sauver des enfants (…) il ne faut pas qu’on soit accusé d’enlèvement». Le même jour, le Quai d'Orsay a envoyé sur place six personnes chargées d'examiner la situation précise de ces enfants.
«Ne pas faire n'importe quoi»

Si plusieurs pays ont déjà enclenchés des rapatriements (Etats-unis, Belgique, ou Pays-Bas, qui ont déjà fait partir un avion), la France, invoquant la nécessaire prudence, s'en tient à une demi-mesure: seuls pourront bénéficier de dérogation pour être transférés en France «les enfants haïtiens pour lesquels un jugement a été rendu», a-t-il été décidé lundi à l'Elysée.

Le jugement n'étant que l'une des dernières étapes du processus, une minorité d'enfants sont concernés. 276, sur 904 dossiers d'adoption enregistrés par le service de l'adoption, a fait savoir ce mercredi Bernard Kouchner. «Ceux-là, les 276, nous allons les rapatrier en France le plus vite possible.» Quant aux autres, «nous nous en occuperons un par un avec toute l'attention nécessaire.»

Seront privilégiées les procédures d'adoption via les organismes officiels par rapport aux adoptions individuelles. «Nous avons été mis en garde par les autorités haïtiennes», a expliqué Kouchner. «Il ne faut pas faire n'importe quoi, on ne peut pas enlever des enfants.»

Côté secrétariat d'Etat à la Famille, on explique qu'il y a «un équilibre à trouver» et que priorité est donnée aux soins sur place, avec le renforcement des centres de protection de l'enfance coordonnés par l'Unicef.


Outils personnels