LE PRÊT ENTRE PARTICULIERS EN LIGNE SANS FRAIS UNE ÉQUIPE TRÈS DYNAMIQUE A LA TACHE

Vous êtes a la recherche de prêt pour relancer vos activités soit pour la réalisation d'un projet ou vous avez besoin d'argent pour d'autres raisons ?

Par de souci même si vous êtes fiché dans votre pays et n'avez pas accès au financement veuillez contactez ce E-mail: isabellecredit53@gmail.com pour avoir connaissance des conditions d'octroi de prêt et de financement sans tracasseries et dire adieu à vos problèmes financiers.

Veuillez noter les domaines dans lesquels qu'on peut vous aider pour la réalisation de vos projets ou vous sortir de l'impasse

* Financier

* Prêts à l'investissement

* Prêts personnels

Ps : Sachez que nous travaillons à votre satisfaction, vous pouvez suivre votre dossier en ligne afin de connaître son évolution.

Veuillez me contactez par mail :isabellecredit53@gmail.com

2010.01.20 Haïti/adoption : sous pression, Paris va hâter le transfert de 276 enfants

source : Le Parisien, AFP

Sous la pression de familles angoissées et parfois en colère, la France va accélérer l'évacuation d'au moins 276 enfants haïtiens en cours d'adoption, mais prévient que le chaos créé par le séisme ne saurait justifier des “enlèvements”, même sous un “bon prétexte”.

“Il y a exactement 904 dossiers d'adoption enregistrés par le service de l'adoption et deux tiers de ces procédures sont des procédures individuelles”, a déclaré mercredi le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.

Parmi toutes les procédures d'adoption par des familles françaises, “276 sont au stade du jugement” rendu par les autorités haïtiennes, a-t-il précisé. “Ceux-là, les 276, nous allons les rapatrier en France le plus vite possible, c'est-à-dire immédiatement”, a déclaré le ministre.
Bernard Kouchner a précisé que les procédures d'adoption via les associations agréées officiellement étaient privilégiées par rapport aux procédures individuelles, engagées directement par les familles ou relayées par des associations non-agréées.
“Nous avons été mis en garde par les autorités haïtiennes”, a-t-il expliqué. “Il ne faut pas faire n'importe quoi, on ne peut pas enlever des enfants”, a-t-il ajouté. Déjà la veille, il avait prévenu qu'il était hors de question que Paris soit “accusé d'enlèvement”, même “sous le bon prétexte de sauver des enfants”.
Sans que jamais l'affaire de l'Arche de Zoé ne soit évoquée, elle a sans doute contribué à renforcer les précautions du gouvernement français. En octobre 2007, six membres de cette association française avaient été arrêtés au Tchad alors qu'ils s'apprêtaient à exfiltrer 103 enfants vers la France. Accusés d'enlèvement et de néo-colonialisme par les autorités et des ONG tchadiennes, les membres de l'Arche de Zoé avaient été condamnés à N'Djamena à huit ans de travaux forcés, avant d'être graciés par le président tchadien.
Encore hostile il y a quelques jours au transfert d'enfants haïtiens pour lesquels la procédure d'adoption n'était pas arrivée à son terme, la France a finalement décidé d'une accélération, comme l'ont déjà fait les Etats-Unis, la Belgique, les Pays-Bas et l'Espagne.
Mais l'attitude du gouvernement est jugée encore trop prudente par des familles adoptantes françaises, qui estiment qu'il faut intervenir d'urgence et “sauver” des enfants guettés par la faim, la soif et les maladies dans des orphelinats en ruine.
Une représentante de ces familles, Christine Vigneresse, a expliqué mardi à l'AFP qu'une quarantaine d'enfants en cours d'adoption par des Français étaient “bloqués” à l'orphelinat Les Brebis de Saint-Michel, à Port-au-Prince.
Dès lundi, les Pays-Bas ont en affrété un avion pour ramener 109 enfants en cours d'adoption par des familles néerlandaises.
Le même jour, les Etats-Unis annonçaient qu'ils allaient assouplir les procédures d'adoption pour les orphelins haïtiens en autorisant leur transfert sur le sol américain sans qu'ils aient besoin de passeport ou de l'ensemble des pièces administratives délivrées par Haïti.
Une cinquantaine d'enfants, pour la plupart en cours d'adoption par des familles américaines, ont ainsi atterri mardi à Pittsburgh (est des Etats-Unis). Mardi, l'Unicef avait salué la décision française d'accélérer les évacuations d'enfants “dont les dossiers étaient complets”, tout en rappelant fermement que “tous les orphelins ne sont pas adoptables et tous ne sont pas nécessairement abandonnés”.
Selon l'Agence française de l'adoption (Afa), la France est le premier pays d'accueil d'enfants de Haïti. En 2006, sur 1.300 enfants haïtiens adoptés partout dans le monde, 591 l'ont été en France.


Outils personnels