2010.01.27 Accélérer l'adoption, mais sans précipitation

source : franceantilles.fr

Marc ARMOR

Nadine Morano, secrétaire d'État à la Famille et à la Solidarité, a fait escale, hier, en Guadeloupe, à la rencontre des enfants haïtiens hospitalisés.
Visite éclair, hier, pour Nadine Morano. La secrétaire d'État chargée de la Famille et de la Solidarité a effectué une escale de quatre heures en Guadeloupe, le temps de visiter les enfants haïtiens hospitalisés au CHU et de diriger une réunion technique sur les conditions de rapatriement et d'accueil des victimes du séisme.
« Je voulais voir comment étaient accueillis ces enfants, ceux qui doivent partir dans des familles d'adoption, mais aussi ceux qui ne partent pas, ceux qui ont été blessés, ceux pour lesquels il va falloir s'occuper de réunifier les familles… a expliqué la secrétaire d'État. Il y a des enfants qui sont venus ici dans des situations d'urgence et qui ont un questionnement, qui s'inquiètent de savoir s'ils pourront retourner dans leur famille. Certains sont hospitalisés ici avec des blessures très graves et l'on ne connaît pas leur identité, pas plus qu'on ne sait s'ils ont encore des parents vivants sur place… Ils seront placés dans des familles d'accueil, mais il faut prendre toutes les précautions d'identification et de recherche de leurs familles. »

« La phase de réunification est fondamentale »
Manifestement touchée par sa rencontre avec les enfants, Mme Morano a précisé l'esprit dans lequel elle travaillait. « L'urgence fondamentale, pour nous, c'était de permettre aux enfants qui font l'objet d'un jugement d'adoption de venir le plus rapidement possible dans les familles qui les attendent pour les aimer et les soigner. Nous continuons les rotations pour rapatrier ses enfants, en essayant d'améliorer les conditions des vols. »
Urgence, certes, mais pas pour autant précipitation. « Nous avons examiné tous les dossiers d'adoption pour lesquels existait un jugement d'adoption. Pour les familles qui étaient en cours d'adoption, nous réfléchissons à mettre en place une commission administrative avec les autorités haïtiennes, pour déterminer comment nous allons pouvoir accélérer les dossiers, mais sans précipitation. Il serait dramatique de ramener un enfant qui a encore des parents sur place. La phase de réunification des familles est fondamentale. »
Mme Morano a gagné hier soir la Martinique où elle souhaitait accueillir un avion transportant d'autres enfants haïtiens. À ce jour, près de 150 enfants ont ainsi été accueillis aux Antilles françaises.


Outils personnels