2010.01.28 Aiguefonde. La nouvelle vie de Ronaldson loin d'Haïti

source : ladepeche.fr

Sylvie Ferré

Depuis mardi, le petit Haïtien de 3 ans et demi vit avec sa maman adoptive Sylvie, qui l'attendait depuis trois ans à Fontalba.

Lorsqu'il s'est adressé à Sylvie Hurtado, mardi matin, dans l'aéroport d'Orly, le pompier guadeloupéen a dit vrai : « Voici Ronaldson. Vous avez de la chance, qu'est-ce qu'il est beau votre enfant ! Et puis il est timide, il ne fait que sourire mais il ne parle pas ou peu. » Depuis trois ans environ, le destin de ce tout-petit Haïtien se traçait au fil des mois, avec l'assurance que sa maman adoptive serait cette infirmière du centre hospitalier castrais, domiciliée à Fontalba, sur la commune d'Aiguefonde (lire notre édition du 19 janvier). À quelques semaines près, le séisme qui a anéanti Haïti a accéléré la procédure d'adoption (il ne manquait que le tampon de l'ambassade de France sur le visa de l'enfant). Au moment de la catastrophe, Ronaldson grandissait dans une crèche de Port-au-Prince, où aucune victime n'a été déplorée.

Mardi, à 9 heures, le deuxième avion de rapatriement en urgence, transportant 61 enfants, a atterri à Orly. Sylvie était au rendez-vous. Elle a été prévenue la veille, vers 15 heures. Au bout du fil, une fidèle interlocutrice de l'association Timoun, qui n'a pas ménagé sa peine pour soutenir le dossier de Sylvie : « ça y est, Ronaldson doit rejoindre le Lycée français où les enfants sont regroupés pour être rapatriés. »

UN NOUVEL UNIVERS

Le palpitant de Sylvie s'est accéléré. Elle a prévenu Jacqueline et Jean, heureux grands-parents. Très vite, elle a réservé un vol pour Paris, le soir même. Comme toute future maman, elle avait préparé une valise : « J'imaginais que j'allais me mettre à sangloter en le voyant, j'avais peur de mon attitude. Je suis arrivée une heure avant. Une cellule psychologique nous a accueilli dans la grande salle d'attente, tout était bien organisé. Je me suis détendue, j'ai échangé avec d'autres parents. » Au cas par cas, pour chaque famille, la rencontre magique s'est faite dans l'intimité. Depuis, Ronaldson ne quitte pas le biberon d'eau qu'il avait sur lui à son arrivée. Comme un symbole, l'eau qui lui a tant manqué ces derniers temps. Le seul objet qui témoigne désormais de son passé haïtien.

L'enfant découvre petit à petit son nouvel univers, sa chambre, ses premiers jouets : une guitare, un poupon noir, un doudou. Et la télévision, « elle l'a de suite captivé », assure Jean, le papy. « Nous sommes rentrés très tard, vers 23 heures. Il a dormi jusqu'à midi ce mercredi, précise Sylvie. Il mange beaucoup et il est heureux quand il joue au ballon de foot. » Il ne tardera pas à découvrir le ballon de rugby, Papy Jean l'assure.

Même s'il parle trop peu, Ronaldson sait se faire comprendre. Un regard suffit pour qu'aussitôt Sylvie le prenne dans ses bras. Le besoin d'affection est palpable, le bonheur d'en donner aussi. L'enfant et la mère vont se découvrir, Sylvie entame ses 10 semaines de congés maternité.

Le séisme a fait des milliers de victimes. Ce gigantesque malheur aura cependant permis à une centaine d'enfants de trouver chacun une famille en France…


Outils personnels