2010.01.28 MARTINIQUE ET GUADELOUPE Terres de TRANSITION

source : franceantilles.fr
Cécile EVERARD
Lors d'une visite rapide aux Antilles hier soir, la secrétaire d'État à la famille Nadine Morano a annoncé la création de centres d'accueil pour les enfants haïtiens en cours d'adoption.

Les pillages se sont encore intensifiés hier à Port-au-Prince, où le Président Préval a officiellement annoncé hier le nombre de 170 000 cadavres ramassés. Cette situation de chaos fait naître désormais les pires inquiétudes concernant le regain d'activités violentes des chefs de gangs évadés et surtout les trafics d'enfants en tous genres.
Des familles en pleurs, extrêmement soulagées, portant des enfants presque impassibles : l'image se répète à chaque débarquement d'enfants haïtiens à Orly. Tous ces enfants étaient déjà en cours d'adoption avant le séisme. Les parents adoptifs se sont battus plusieurs années pour eux, les connaissent par photos interposées, et, parfois, sont déjà allés sur place pour les rencontrer. Malgré tout, la transition est brutale et ajoute un nouveau choc psychologique.
Mardi soir, la secrétaire d'État à la famille Nadine Morano est venue aux Antilles exposer son idée : créer des centres d'accueil des enfants aux Antilles, afin de « normaliser la rencontre entre les familles et les enfants » . L'objectif est, en quelque sorte, de reproduire l'habituelle phase de transition d'une quinzaine de jours en Haïti. « Il nous faut organiser l'ensemble des dispositifs de post-urgence dans les meilleures conditions possibles » , a expliqué la secrétaire d'État à sa descente de l'avion en provenance de Guadeloupe. Environ 150 enfants, dont les procédures administratives étaient presque à terme avant le séisme, ont déjà débarqué à Orly.
Les lieux d'accueil seraient situés dans des centres de vacances ou d'hébergement. Les parents adoptifs s'y rendraient et, avec leur enfant, seraient accompagnés par des professionnels de la petite enfance, des travailleurs sociaux, un référent haïtien et un référent du ministère des affaires étrangères. Selon la secrétaire d'État, le dispositif pourrait être opérationnel dès la semaine prochaine, en Guadeloupe et peut-être en Martinique. De leur côté, par forum interposé, les familles adoptives estiment « louables » cette initiative, tout en critiquant le flou dans lequel elles restent confinées pour l'instant. Les 6 familles martiniquaises en cours d'adoption, par exemple, n'ont aucune idée de la date d'arrivée de leurs enfants et manquent cruellement d'informations. Précisons que ces familles, pour la plupart, ont un jugement prononcé, mais pas tous les documents officiels, et connaissent physiquement leurs enfants.
Hier matin, 41 enfants ont transité par Fort-de-France avant de repartir avec Nadine Morano vers Orly. Aucun enfant adopté par des Martiniquais n'était à bord. Les familles attendent.


Outils personnels