2010.01.28 Enfants haïtiens / L'aide de Philippe Malpezzi

source : L'Union
Aujourd'hui, Philippe Malpezzi va atterrir à Haïti, afin d'aider au mieux le rapatriement des enfants que les familles du Laonnois attendent.

IL A BEAU ne plus avoir de mandat politique dans le secteur, Philippe Malpezzi conserve des liens forts avec les habitants du canton de Craonne, dont il a été conseiller général, puis président de la communauté de communes. Et lorsque les familles de secteur se sont retrouvées prises dans le maelström du séisme d'Haïti, leur ancien élu a été une des personnes qui a été sollicitée. L'ancien maire d'Aizelles a répondu dans la mesure de ses possibilités au départ, puis a décidé de passer la vitesse supérieure. « Je pars mercredi pour atterrir jeudi (NDLR : aujourd'hui) là-bas, nous expliquait-il lundi. J'y vais pour essayer d'accélérer les procédures pour le rapatriement des enfants dont la procédure d'adoption était pratiquement bouclée. » Dans ces bagages, celui qui est aujourd'hui chargé de développement dans le groupe Hersant média (auquel appartient l'union) emmène des rations de première nécessité pour les enfants de la crèche Espoir des petits anges d'Haïti. Avec aussi, comme première mission celle, d'amener des nouvelles précises sur les enfants, notamment la santé de ces derniers. « Les contacts sont toujours délicats, notamment pour les communications. Les premières nouvelles étaient rassurantes, mais on n'en sait pas beaucoup plus sur l'état de santé. »

Sur place, Philippe Malpezzi va tenter de retrouver l'avocate haïtienne des Laonnois, Marie-Carole Duclervil, afin de réunir les documents sur place, plus ceux que les familles d'adoptants ont gardé en métropole, pour ensuite, prendre contact avec les envoyés spéciaux du ministère sur place. « D'après ce que je sais, elle a eu des soucis de santé et dans sa famille, puisque certains sont parmi les victimes. Et malgré toute sa bonne volonté, elle ne peut consacrer tout son temps et son énergie aux enfants. Elle en a déjà fait beaucoup puisqu'elle a rassuré les parents dès les premiers jours après le séisme. » Aux dernières nouvelles, plus de 400 enfants dont le parcours d'adoption est clos ou pratiquement, doivent être rapatriés en France. Haïti et le gouvernement français réfléchissent à une « solution commune pour permettre une arrivée de plein droit des enfants ». Le premier contingent est arrivé vendredi soir. « J'ai déconseillé aux familles du canton, de prendre un billet et d'aller là-bas, explique Philippe Malpezzi, car il y a toujours la crainte qu'un des enfants soit mal en point, ou, que le retour ne soit pas possible alors que les autres pourraient revenir immédiatement. » Sur place, Philippe va profiter de ses connaissances, notamment dans les membres du personnel ONU, une miraculée des effondrements.

Stéphane MASSÉ


Outils personnels