Un crédit vous est gratuit avec le groupe “Crédit finance service” si vous étés vraiment éligible pour un crédit ou financement. Contactez les dés aujourd'hui pour en bénéficié de leurs service sans aucun regrette économique de votre niveau.

Contact: cfi.service.01@gmail.com Whatshapp: +33733622558

2010.02.03 Leur famille amandinoise respire : Noémie et Timothée arrivés sains et saufs d'Haïti

source : La Voix du Nord
Comme de nombreux couples français ayant monté un dossier d'adoption à Haïti, deux Amandinois viennent d'agrandir considérablement leur petite famille avec une fratrie sortie des décombres… Le temps est à la découverte… intense.

PAR MURIELLE TISON-NAVEZ

mtison@lavoixdunord.fr

Stéphanie et Guillaume Delcroix semblent sereins : le sourire aux lèvres, ils contemplent Anaïs, 6 ans, Noémie qui aura 5 ans en mars et Timothée 3 ans et demi en train de dévorer un bol de céréales. C'est l'heure du goûter, pas n'importe lequel : la pause gourmande suivant le premier jour d'école inscrit dans la petite vie de Noémie. Dix jours après son arrivée chez « papa blanc et maman blanc », la fillette épargnée par le tremblement de terre qui a détruit Port au Prince n'avait qu'une envie : suivre sa nouvelle grande soeur à l'école. De quoi rassurer ses parents adoptifs qui depuis trois ans ont formulé une seconde demande pour accueillir une fratrie de la même île qu'Anaïs. « Cela fait 16 mois qu'on a les photos de Noémie et Timothée, mais on ne les avait jamais rencontrés. On avait pris nos billets pour le 3 février… » Entre temps, le chaos a bouleversé les espoirs et exacerbé la tension. « C'est très fatigant d'adopter, surtout l'attente ! Maintenant, on a un poids en moins !

» souffle Stéphanie. D'autant que les jours qui ont suivi le terrible 12 janvier ont été interminables : « Au début, le rapatriement des enfants n'était pas gagné. Il a fallu la manifestation au Quai d'Orsay pour que ça avance. » Stéphanie et Guillaume avaient leur dossier bouclé. Leurs enfants étaient donc parmi les trente-trois qui ont atterri à Roissy vendredi 22 janvier à 19 h 30. « On ne les a vus qu'à 22 heures… La rencontre avec tous les parents s'est faite enfant par enfant, pour qu'ils ne soient pas bousculés. » Tous les petits arrivés en tee-shirt avaient déjà été vus par un médecin, un psychologue et habillés chaudement par des bénévoles de la Croix-Rouge et du Secours catholique. Les Delcroix et leur première fille Anaïs ont pris leurs enfants sur les genoux : « Noémie et Timothée étaient KO. Ils ne disaient rien. On est rentrés chez nous à minuit et demi. »

Très à l'aise

Et depuis ? La vie de ces adoptants a bien changé. D'abord parce qu'avec cette arrivée, le couple a opté pour une voiture plus grande, une machine à laver 8 kg et un sèche-linge. Ensuite et surtout parce que, face à une Anaïs qui a toujours été calme, les parents ont désormais un duo très bavard, qui extériorise ses émotions. « À la crèche de Piétonville, on leur parle français, donc on n'a aucun problème pour communiquer… Et nous, on essaie de comprendre le créole. » Anaïs, qui ne parlait ni français ni créole quand elle est arrivée en France, les y aide… un retour aux racines pour elle, en quelque sorte. Noémie et Timothée sont câlins, recherchent le contact de leurs parents « blancs » : « Ils ne parlent pas de là-bas et on sait qu'ils ont été préservés, que Gina qui s'occupe de la crèche les a choyés mais, ils avaient maigri, la peau de leurs bras pendaient. » Des enfants qui n'ont pas eu beaucoup de chance jusqu'à présent puisque leurs parents les ont abandonnés suite aux ouragans. Mais tout ça c'est bien fini, ils découvrent une autre vie : les trois dorment dans la même chambre depuis 10 jours, ils ne se quittent plus. « Noémie et Timothée adorent le bain, ils ne connaissaient pas l'eau chaude. » À l'opposé, dimanche, l'hiver a déposé de la neige dans leurs menottes étonnées. Une surprise de plus !


Outils personnels