l.com pour

* Financi

2010.02.05 Des Euréliens au chevet d'une crèche haïtienne

source : La République du Centre
L'association Port aux petits princes dont l'un des responsables nationaux habite à Chartres, oeuvre au profit d'une crèche effondrée par le séisme. Elle recueille des fonds et des dons en nature.

Ni une organisation non gouvernementale (ONG), ni un organisme autorisé pour l'adoption (OAA), l'association Port aux petits princes ne s'en démène pas moins, jetée malgré elle dans le grand bain de l'humanitaire d'urgence depuis le tremblement de terre du mardi 12 janvier.

Cette petite association de parents adoptants soutenait financièrement et matériellement depuis 2006 une crèche de Port-au-Prince, la crèche Notre-Dame de la Nativité où sont accueillis des orphelins mais aussi des enfants placés par les familles pauvres. L'établissement s'est effondré, 68 enfants ont péri ensevelis ou des suites de leurs blessures. Aujourd'hui, il faut tout remettre sur pied, le bâtiment mais aussi l'oeuvre d'adoption en reconstituant les dossiers.

11.000 € recueillis Grâce aux dons recueillis par l'association à travers la France - 110.000 € euros, dont 11.000 en Eure-et-Loir -, les Haïtiens employés au déblaiement manuel des bâtiments de la crèche effondrée sont rémunérés 5 € par jour.

Un déblaiement manuel eu égard aux corps des bambins (trente-cinq corps actuellement dégagés) que l'on retrouve mais aussi pour remettre la main sur les dossiers dont dépend l'avenir des enfants survivants en attente d'adoption et qui actuellement vivent sous des tentes. Quant à la reconstruction, des plans existent d'ores et déjà grâce à l'action de sapeurs-pompiers spécialisés du département des Alpes-Maritimes qui avaient oeuvré en Thaïlande après le raz de marée de 2004.

Un minibus actuellement à Amiens (Somme), chargé de matériel, doit prendre le bateau. « Du matériel prévu à l'expédition avant le séisme et qui aujourd'hui attend l'ouverture de la voie maritime vers Haïti », précise Patrick Lefrançois, un membre de l'association résidant à Mainvilliers. Une liste recensant les besoins en nature est également en préparation.

« L'oeuvre engagée rejaillissait sur tout le quartier car la crèche, établie dans un secteur non sécurisé où les maisons sont protégées par des barbelés, est un lieu respecté des Haïtiens », explique Christian Lemonnier, vice-président de l'association qui compte six membres en Eure-et-Loir. Nul doute aujourd'hui que le réapprovisionnement du site auquel s'échine l'association depuis quelques jours profitera au-delà des murs effondrés de la crèche ainsi que l'assure sa directrice et fondatrice, Éveline Louis-Jacques, une mère courage Haïtienne attendue en France en mai prochain.

Les dons à l'association peuvent être adressés localement à Christian Lemonnier, 13, rue du 17-Août, 28000 Chartres ou à Patrick Lefrançois, 4, rue Léon-Fouré, 28300 Mainvilliers. Chèques au nom de « Port aux petits princes ». Benoît Broust


Outils personnels