Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2010.02.14 Ils veulent récupérer leurs enfants haïtiens

source : clicanoo.com
ÉDUCATION. “Les enfants sont en danger dans les crèches détruites. Désormais, avec la pluie, on craint les épidémies”. Marie-Christine Franco et son mari sont restés longtemps sans nouvelles de Djeby, leur fils haïtien de deux ans, qu’ils ont déjà rencontré deux fois. La procédure d’adoption est engagée ; elle dure entre un et trois ans, et le séisme du 12 janvier dernier a tout bloqué.

Marie-Christine ne cache pas son admiration pour la directrice de crèche qui se débrouille comme elle peut en Haïti : “Elle a emmené les enfants dans sa propre maison. Et nous, les parents adoptifs, nous envoyons de l’argent pour qu’elle puisse les nourrir”. Mais cette situation n’a que trop duré, estiment les dix familles qui constituent le “Collectif réunionnais parents adoptants Haïti”. Car les futurs petits Français sont les seuls à n’avoir pas encore été évacués d’un pays en ruines. “Les enfants adoptés par les Américains, les Canadiens, les Suisses… ont déjà pu quitter le pays”, témoignent les parents, rassemblés hier devant le jardin de l’Etat à Saint-Denis pour attirer l’attention des autorités. “Nous demandons la protection et l’évacuation de nos enfants, peut-être dans un foyer de Guadeloupe, tout en respectant les procédures d’adoption”, insiste Corinne Baudu, future mère de Manouchka (6 ans et demi) et Mickaël (8 ans), deux orphelins qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Si les autorités françaises semblent frileuses, c’est peut-être à cause du lamentable précédent du Darfour, lorsqu’une association a organisé l’évacuation frauduleuse de faux orphelins. Mais les parents du collectif réunionnais ne veulent pas que leurs enfants paient pour des adultes inconscients, alors que des professionnels haïtiens compétents ont fait tout leur possible… et sont eux-mêmes en danger. “Une directrice de crèche a été blessée dans le séisme”, note Mme Franco.

V.H.


Outils personnels