2010.02.14 Seclin - Un bébé Haïtien arrivé chez ses parents adoptifs

source : nordeclair.fr
Fin du cauchemar pour Aurore et Laurent Hourdoux, parents adoptifs d'un petit Haïtien âgé de 14 mois, rescapé du séisme du 12 janvier. L'adoption de Simon avait pris une tournure de deuxième parcours du combattant pour ses parents.

« Simon est là, à la maison, en sécurité. » Sagement assis dans son siège de table, le petit Haïtien de 14 mois déguste un gâteau avec ses quatre quenottes. Aurore Hourdoux, sa maman, le dévore littéralement des yeux. Laurent, son papa, assiste à la scène, le regard tendre. Après des jours de cauchemar, le couple seclinois s'est enfin réveillé.
Quand la terre a tremblé, les parents adoptifs savent que leur dossier est en cours. Mais à quel stade ? Mystère. est-il suffisamment avancé pour permettre le rapatriement ? Pas sûr du tout. Face à la prudence du gouvernement français qui n'envisage à ce moment là aucun rapatriement collectif d'enfants, Aurore le répète inlassablement : la catastrophe en Haïti n'est en aucun cas été un prétexte pour faire avancer son dossier d'adoption. « Simon devait arriver chez nous au mois de septembre ou d'octobre. On aurait attendu sans problème. » Mais face à l'urgence sanitaire, plus question pour ces jeunes parents d'attendre les bras ballants. Spontanément, des centaines de familles dans le désarroi se rapprochent et créent le collectif « Pour l'évacuation des enfants en cours d'adoption en Haïti ».
Le 28 janvier, Aurore et Laurent apprennent finalement qu'un jugement a bel et bien été délivré pour leur procédure d'adoption. Simon va donc pouvoir être rapatrié vers la France. « C'était inespéré que notre dossier en soit là », confesse Aurore. Simon a fait partie du premier rapatriement français. Pour le récupérer, le rendez-vous est fixé à Orly. « Avant de le voir, il a fallu régler les démarches administratives avec la sécurité sociale, la CAF, etc. ». Plus de cinq heures après, un bénévole de la Croix Rouge s'approche du couple, Simon dans les bras. « Je lui ai parlé. Il m'a regardé et m'a tendu les bras », raconte cette maman encore émue. Le bout de choux est épuisé, déshydraté, a les symptômes d'une gastro-entérite, d'une bronchite. « Il était tout chétif… 8,40 kilos pour 74 centimètres. » En une semaine, les jambes toutes maigrelettes du petit garçon se sont remplumées. « Il a pris 560 grammes en une semaine ! », se réjouissent ses parents.

Si l'angoisse s'est envolée dès les premiers échanges de regards entre tous les trois, la joie d'Aurore et de Laurent n'est pour autant « pas encore à 300 % ». « Elle le sera quand on aura trouvé une solution pour tous les autres enfants restés là-bas. Là, on pourra souffler (…) Quand on voit dans quel état est arrivé Simon trois semaines après le séisme, on se demande comment vont arriver les autres plus d'un mois après… » Pour les Hourdoux, le combat pour les enfants d'Haïti n'est donc pas fini.


Outils personnels