2010.02.18 Parcours du combattant...

source : lavoixdunord.fr

Elle est infirmière coordinatrice dans un service de soins à domicile. Il est boucher en grande surface. …

C'est en septembre 2005 que France-Line Coneim, 39 ans, et son mari, Thierry, décidèrent de se lancer dans une procédure d'adoption. Pas simple, le parcours.

Il faut d'abord demander un agrément, au conseil général. Le couple a obtenu le sien sept mois plus tard, en mars 2006 : « Et c'était rapide. Dans l'intervalle, on a adhéré à Enfance et Famille d'adoption. Ça nous a conforté dans notre projet, et on a pu rencontrer des adoptants qui nous ont parlé de leur expérience. Ça nous a aussi ouvert les portes d'autres structures, dont celles d'une association d'anciens enfants adoptés. » Pour l'agrément, ils se sont présentés physiquement à la commission : « Ce n'était pas obligatoire, mais ça nous a semblé important. Les personnes qui siégeaient nous ont très bien accueillis. » Et ensuite, finies, les formalités ? Non : « Nous avons écrit à six des dix-huit organismes agréés à l'adoption. Ça n'a abouti qu'avec une seule, Rayon de soleil, qui avaient des conventions avec la Chine, Haïti, l'Inde , la Corée du Sud et le Chili. Ils nous ont dirigés sur Haïti, on a donné notre accord cinq jours plus tard. » En mai 2008, les deux Andrésiens entreprenaient le montage du dossier pour l'agrément par les autorités de Haïti : « C'était un travail de Titan.» La première proposition d'adoption est tombée en septembre 2008… avant de capoter : « J'étais effondrée », commente France-Line. La deuxième est arrivée en décembre, mais les enfants n'étaient finalement pas adoptables. La troisième a été la bonne, en janvier 2009. Et il aura encore fallu un an de patience pour mener la procédure d'adoption elle-même.


Outils personnels