Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2010.02.26 Il réclame sa fille : Non judiciaire

Source: http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Il-reclame-sa-fille-Non-judiciaire-_3636-1277046_actu.Htm

Nouveau coup dur pour un père qui tente de récupérer sa fille née sous X et confiée, à 4 mois, à une famille d'adoption.

« C'est dégueulasse. Il va falloir un jour qu'on arrête de vouloir me rayer de la vie de ma fille », se désespère Julien Charnolé. Ce père de 29 ans se bat pour récupérer Jeanne. Née sous X en août 2006 au Mans, elle avait été confiée, en décembre, à une famille d'adoption.

Hier, la Cour d'appel de Paris a confirmé l'annulation de la reconnaissance en paternité de l'ingénieur. La justice lui reproche d'avoir « trop tardé à reprendre l'enfant ». Mais il n'a appris sa paternité qu'à l'occasion d'un test ADN effectué un an et demi après la naissance de l'enfant…

À l'époque, sa compagne lui avait caché sa grossesse. Puis lui avait dit que la petite était le fruit d'un viol, qu'elle voulait l'abandonner. Julien l'avait crue. Jusqu'à ce que la justice, qui enquêtait sur cette affaire, lui révèle sa paternité. Depuis, Julien Charnolé a multiplié, en vain, les procédures judiciaires pour récupérer son enfant.

Jeanne vit dans le Loiret. Il ne l'a jamais vue. La famille refuse catégoriquement tout contact entre la petite et son père. Le seul espoir de Julien Charnolé réside maintenant dans la décision que prendra la cour d'appel d'Orléans, le 16 mars, à l'issue de l'examen du dossier. Les juges doivent statuer sur la procédure d'adoption définitive de la fillette de trois ans et demi, par le couple chez qui elle vit.

Ces parents vivent « un cauchemar », assure leur avocat. Ils se battent pour qu'on ne leur retire pas l'enfant. Pour Julien Charnolé, aussi, c'est « tragique ». Il s'interroge: si l'adoption plénière est confirmée, sa fille saura-t-elle un jour qu'il a remué ciel et terre, alors qu'elle n'avait que 17 mois, pour la récupérer ?
Igor BONNET.


Outils personnels