Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2010.03.16 France, Enfant réclamé: l'adoption requise

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/16/97001-20100316FILWWW00596-enfant-reclame-adoption-validee.php

L'avocat général de la cour d'appel d'Orléans a requis la confirmation de l'adoption plénière d'une enfant de 3 ans par sa famille adoptive alors que l'enfant est réclamée par son père biologique, a-t-on appris auprès du père. La chambre de la famille de la cour d'appel a mis sa décision en délibéré, au 11 mai, toujours de même source.

Julien Charnolé, 29 ans, s'est adressé à la justice pour récupérer sa fille, Jeanne, née en août 2006 et abandonnée quelques jours plus tard par sa mère, âgée de 22 ans à l'époque, puis placée dans une famille d'adoption. M. Charnolé avait fait appel du jugement du tribunal de grande instance de Montargis (Loiret) qui, le 28 mai 2009, a accordé l'adoption plénière à la famille d'adoption.

“Qu'on le veuille ou non, cette filiation existe”, a martelé le père à l'issue de l'audience privée. “C'est vrai que Jeanne grandit avec cette famille d'adoption qui ne veut pas dialoguer intelligemment”, a-t-il regretté. Pour la grand-mère, Corinne Charnolé, mère de Julien: “on ne peut pas faire comme si le père n'existait pas. La loi, c'est la loi, mais l'humain passe avant tout”.

La cour d'appel de Paris a d'autre part confirmé le 25 février l'annulation de la reconnaissance en paternité faite par M. Charnolé, jugée hors délai. Les pères ont quatre mois pour se faire connaître, délai qu'en raison du déroulé des faits, M. Charnolé n'avait pu respecter. Sa compagne avait donné naissance à une fille le 24 août 2006, au Mans, alors qu'il la pensait hospitalisée pour un problème d'utérus. Elle lui a annoncé que l'enfant n'était pas de lui et ne pas vouloir le garder. Elle a expliqué avoir été violée huit mois plus tôt, alors que le couple s'était séparé.

Quelques jours après sa naissance, la mère a abandonné l'enfant placé dans une famille d'adoption dans le Loiret. Un an et demi plus tard, le couple s'est reformé et l'homme a appris qu'il était le père du bébé, à la suite de tests ADN effectués dans le cadre de l'enquête pour viol. Il a alors quitté son amie, s'est lancé à la recherche de sa fille et l'a reconnue officiellement en mars 2008. Depuis, il se bat pour la récupérer.


Outils personnels