Un crédit vous est gratuit avec le groupe “Crédit finance service” si vous étés vraiment éligible pour un crédit ou financement. Contactez les dés aujourd'hui pour en bénéficié de leurs service sans aucun regrette économique de votre niveau.

Contact: cfi.service.01@gmail.com Whatshapp: +33733622558

2010.03.18 France, Nous voulons plus qu’un symbole pour l’adoption des couples homos, dit l’APGL

Source : http://www.tetu.com/actualites/france/nous-voulons-plus-quun-symbole-pour-ladoption-des-couples-homos-dit-lapgl-16745

INTERVIEW. Au-delà du débat sur l'homoparentalité qui aura lieu bientôt au Sénat, l'Association des parents gays et lesbiens souhaite une action internationale contre les pays qui refuse de confier des bébés à des couples homos.

Autoriser l'adoption par des partenaires pacsés, tel est l'objectif du débat prévu le 25 mars au Sénat. Basé sur une proposition de loi déposée en décembre dernier, il suggère de compléter l'article 343 du code civil, en ouvrant l'adoption aux «partenaires liés par un pacte civil de solidarité, depuis plus de deux ans» (lire notre interview de Jean-Pierre Michel, auteur de la proposition de loi). Bien sûr, il y peu de suspense: le projet, issu du groupe socialiste et apparentés, sera très certainement avorté. Pour autant, l'organisation d'un tel débat est une avancée. Relative, selon le porte-parole de L'APGL.

TÊTU: Comment abordez vous ce débat qui semble perdu d'avance?
Philippe Rolandin: La question n'est pas de savoir si c'est perdu d'avance, on le sait. Ce qui nous pose le plus problème, c'est le contenu même du débat. Evidemment nous souhaitons que les couples homosexuels puissent adopter comme les autres, mais ce projet est un piège symboliquement positif. Je m'explique: aujourd'hui lorsqu'on obtient un agrément pour adopter, un dossier est transmis à l'international. Une fois transférés, les dossiers où il est écrit «femme célibataire» ou «couple homosexuel», sont refusés par les pays étrangers. Cette loi ferait donc paradoxalement reculer les droits des homos, car on sait très bien qu'en trichant un peu, on arrive à adopter. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé en Belgique. Les couples homosexuels avaient un agrément d'adoption, mais se voyaient quasi systématiquement refuser un enfant d'un pays étranger.

Quelles sont vos revendications alors ?
Nous souhaitons une action internationale de la France, que notre gouvernement fasse évoluer les mentalités concernant les adoptions à l'étranger. Nous voulons aussi une «unification» des Conseils Généraux. Certains sont «gay friendly», d'autres beaucoup plus fermés à la délivrance d'agréments (lire notre article sur l'affaire du Conseil général du Jura). Mais là encore, une fois ce problème résolu, persistera celui de l'international.

Et concernant les lois de bioéthique en cours de révision au Parlement (lire notre article)?
Il faut que l'on sorte de l'hypocrisie dans laquelle on est depuis longtemps. Que ce soit l'Aide médicale à la procréation (AMP) ou la Gestation pour autrui (GPA), on sait tous que l'on peut aller en Belgique, en Espagne, aux Etats-Unis ou en Inde. Il faut une ouverture, encadrée, aux célibataires et aux couples majeurs. Je compare souvent avec la loi concernant l'IVG. Avant Simone Veil, les femmes qui avaient les moyens allaient avorter à l'étranger, les autres prenaient de gros risques avec «les faiseuses d'anges». C'est la même chose, il faut une loi qui autorise tout en encadrant correctement.

Les couples homosexuels baissent-t-ils les bras?
Non, c'est toujours un parcours du combattant pour avoir un enfant, mais nous avons de plus en plus d'adhérents. L'homoparentalité est un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur. Aujourd'hui, près de 200.000 enfants sont élevés par des couples homosexuels, c'est l'équivalent d'une ville comme Nice. Cela prouve que c'est un réel problème de société qu'il faut résoudre.


Outils personnels