2010.04.21 SAI : Communiqué Ethiopie (20.04.2010)

source : diplomatie.gouv.fr
L’Ambassadeur chargé de l’adoption internationale a effectué une mission en Ethiopie du 11 au 15 avril 2010. Un programme dense de rencontres avec des interlocuteurs de divers horizons a permis à la délégation française de mieux appréhender la situation de l’enfance en difficulté et de l’adoption internationale dans ce pays.
M. Jean-Paul Monchau s’est notamment entretenu avec Madame Muferihat Kamil, Ministre des Femmes et M. Desalegn Behre, Président du Tribunal de Première Instance d’Addis Abeba.
Si l’Ethiopie n’a pas adhéré à la Convention de La Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale (CLH 1993), elle envisage cette possibilité. Elle a d’ores et déjà rendu obligatoire le recours à un OAA et va instaurer de nouvelles dispositions en vue de sécuriser les procédures (comparution obligatoire des parents adoptants à une audience précédant le jugement, à compter du 9 mai 2010).
Il apparaît, par ailleurs, que les autorités éthiopiennes souhaitent que l’adoption internationale demeure subsidiaire, que l’adoption nationale et les modes d’accueil alternatifs des enfants soient progressivement promus et qu’un contrôle accru des OAA étrangers et des institutions d’accueil des enfants soit mis en œuvre. Autant de mesures qui concordent avec les principes de La Haye.
Au total, l’Ethiopie apparaît, dans le contexte général de l’adoption internationale, comme un pays où les procédures sont plutôt accessibles et rapides. Cependant , une absence quasi généralisée d’état civil rend difficile le contrôle formel et effectif des origines des enfants. Au cours de son séjour, la délégation française a visité plusieurs orphelinats qui proposent des enfants à l’adoption par des familles françaises et des projets en faveur de la protection de l’enfance mis en œuvre par des ONG, certains soutenus par le Service de l’Adoption internationale au titre de la coopération.
Cette mission a permis de souligner auprès des autorités éthiopiennes l’importance que la France attache à la protection de l’enfance et à l’adoption internationale et sa volonté de voir améliorer la transparence des procédures. La délégation a insisté auprès de ses interlocuteurs, et notamment auprès de la ministre des Femmes, sur les avantages de la Convention de La Haye de 1993. A la fin de sa mission, la délégation s’est entretenue à l’Ambassade de France avec les représentants des 7 OAA français opérant en Ethiopie.
Une réunion de bilan sera organisée le 11 juin prochain avec les OAA implantés en Ethiopie, en présence de Melle Mariama Diallo, Volontaire de la protection de l’enfance et de l’adoption internationale en poste à l’Ambassade de France à Addis-Abeba. Avec 445 enfants adoptés par des familles françaises, l’Ethiopie a été en 2009 le deuxième pays d’origine des enfants.


Outils personnels