Ceci est une ancienne révision du document !


2010.04.25 Emouvantes retrouvailles à Guéret pour les familles adoptantes en Haïti

source : lamontagne.fr
Plus de 200 personnes, parents adoptants avec ou sans enfants, se sont retrouvées, hier, à Guéret pour l'assemblée générale de l'association Ti-Malice. Ces retrouvailles, pleines d'émotion, étaient les premières depuis le séisme qui a ravagé Haïti en janvier dernier.

IRFJS de Grancher, hier matin : venus de tout l'Hexagone, les familles adoptantes membres de l'association Ti-Malice arrivent les unes après les autres. Il y a ceux qui débarquent avec un ou deux enfants à la peau noire, parfois des ados, et il y a ceux qui descendent de leur voiture seuls : les enfants qu'ils attendaient figurent parmi les 56 qui sont morts dans l'effondrement de la crèche Notre-Dame de la Nativité de Port-au-Prince lors du séisme.

Il n'y a cependant pas de différence entre les deux groupes : tous sont là pour manifester leur solidarité à l'association Ti-Malice, l'association guérétoise agréée pour l'adoption qui, pour les uns, leur a permis d'accueillir un ou plusieurs enfants, et pour les autres, leur permettra, un jour, d'accomplir le même rêve.

Parmi ces derniers, il y a un couple de Marseillais, Emmanuelle et Jean-Paul. « Nous sommes en deuil, c'est vrai, on avait rencontré nos deux enfants en novembre, on devait aller les chercher ce printemps? Mais c'est impensable de ne pas continuer : ils auront un frère, une soeur, ou les deux », indique Emmanuelle qui écrit un livre « pour retracer tout ça ».

Et puis, toutes ces familles sont là aussi pour Évelyne Midy, la directrice du foyer ND de la Nativité, qui n'aurait pour rien au monde rater ces retrouvailles. Les larmes aux yeux, Évelyne reconnaît les enfants, embrasse les parents, réconforte les plus sensibles et assure qu'elle continuera son travail.

Lors de ces intenses moments d'émotion, parmi les enfants, il a ceux qui font un peu les fiers, quelques ados adoptés il y a plusieurs années et déjà complètement intégrés. Et puis il y a ceux, une petite vingtaine, qui, arrivés dans les semaines d'après le séisme, ont encore les yeux remplis d'inquiétude?

Il faudra laisser passer un long moment avant que commence, les larmes séchées, l'assemblée générale de Ti-Malice, le prétexte officiel de la réunion. Une assemblée générale que la présidente Ginette Dubosclard et ses collègues du bureau sauront mener avec tact et rigueur.

Au-delà des émotions bien compréhensibles, il faut, en effet, affronter la réalité de l'après-séisme où alternent les bonnes et les mauvaises nouvelles.

Parmi les bonnes, l'arrivée prochaine de cinq nouveaux enfants qui vont pouvoir regagner la France avec leurs parents adoptants. Parmi les mauvaises, les plus nombreuses, l'arrêt complet de toute nouvelle procédure d'adoption jusqu'à nouvel ordre. Et puis, l'augmentation terrible des prix en Haïti depuis le séisme, qui complique le fonctionnement de ND de la Nativité.

En attendant, la réunion a été aussi marquée par le témoignage d'une Haïtienne, Margareth, à l'origine du foyer aujourd'hui dirigé par Évelyne Midy. Cette jeune femme, aujourd'hui substitut du procureur auprès du TGI de Besançon, a vu sa vie basculer en 1997 quand, alors qu'elle était revenue en Haïti après ses études en France, une mère lui a confié son enfant : « Cet enfant est devenu mon fils, et puis il y en a eu d'autres. Aussi, quand j'ai dû quitter précipitamment Haïti, j'ai passé le flambeau à Évelyne. Jusqu'en janvier dernier, le foyer avait atteint un rythme de croisière. Le séisme a tout détruit. On a beaucoup pleuré. Aujourd'hui, on a séché nos larmes, il faut continuer. Parce qu'il faut savoir que si les familles haïtiennes vous confient leurs enfants, c'est parce qu'ils les aiment ».

Pour tout contact : Ti-Malice, 49, avenue Léon Blum, 23000 Guéret (05.55.52.49.71 ou 05.55.52.45.64), ti.malice@wanadoo.fr, www.timalice-adoption.com

Hervé Moisan


Outils personnels