l.com pour

* Financi

2010.07.16 Béatrice Bourges : « L’homoparentalité risque de priver l’enfant de repères »

(Valeurs Actuelles) Jeudi 8 juillet 2010, la Cour de cassation a cassé un arrêt de 2008 de la cour d’appel de Paris, qui avait refusé de valider une décision de justice américaine reconnaissant un lien de filiation entre un enfant et la compagne de sa mère biologique, relançant ainsi le débat sur l’homoparentalité. Quand Christine Boutin (PCD) s’insurge, estimant que « les juges de la Cour de cassation outrepassent leurs fonctions qui devraient être de défendre le droit national et non de favoriser son détournement », Maitre Caroline Mécary, l’avocate de Mme B. – la compagne de la mère biologique de l’enfant –, déclare que c’est « un pas considérable fait vers l’égalité de traitement des enfants élevés par deux hommes ou deux femmes ». Pourtant Béatrice Bourges, fondatrice de l’Association de la Protection de l’Enfance et auteur de L’homoparentalité en question (Editions du Rocher), souligne qu’il ne s’agit pas d’une victoire pour la communauté homosexuelle, ni d’une avancée vers l’homoparentalité.

Pourquoi avez-vous créée l’Association de la Protection de l’Enfance ? J’ai créé cette association au moment de la campagne pour l’élection présidentielle de 2007 parce que j’ai senti que les sujets touchants à l’adoption des enfants par des couples homosexuels et au mariage homosexuel allaient devenir très importants. Nicolas Sarkozy avait promis le statut du beau-parent et le contrat d’union civile : deux étapes qui allaient nous mener au mariage homosexuel et à l’adoption d’enfants par des homosexuels. Je me suis dit qu’il fallait prendre les choses en amont de façon à créer un vrai rapport de force, très pacifique mais très certain, pour lutter à la fois contre l’adoption et le mariage homosexuel.

Vous dites que dans ce débat, on oublie trop l’intérêt de l’enfant. Quels sont donc les besoins d’un enfant ? Un enfant a, certes, besoin d’amour. On va vous opposer que l’amour suffit, mais en fait, l’amour ne suffit pas ! Parce que la parenté crée un lien de filiation. Le fait d’être parent ce n’est pas simplement le fait d’éduquer un enfant. Si c’était seulement le cas, on pourrait considérer que certains éducateurs sont meilleurs que certains parents. En revanche, être parent créée un lien de filiation et permet à l’enfant de se situer dans une lignée, et cela est capital. D’autre part, le fait d’avoir des parents de sexes différents permet à l’enfant de forger son identité sexuelle. Le risque pour un enfant d’être adopté par un couple homosexuel est tout simplement qu’il perde ses repères. Un enfant doit se situer dans une généalogie claire. Il doit bien sûr être éduqué - et, malgré tout, qui mieux que le parent éduque son enfant ? On vous dira toujours qu’il y a des cas où le père viole son fils ou sa fille, mais il s’agit de cas complètement à la marge. La grande majorité des parents éduquent bien leurs enfants. Donc être à la fois éducateur et parent, c’est ce qu’il faut prendre en compte.

Un des arguments des défenseurs de l’homoparentalité est d’avancer qu’un enfant sera mieux avec un couple homosexuel plutôt que de rester dans un orphelinat… Ce que je reproche au lobby gay c’est qu’en raison de leur idéologie, ils posent des questions fermées qui vous obligent à répondre d’une certaine façon. Evidemment si on me pose la question « l’adoption par un couple homosexuel ou l’orphelinat ?» et qu’on ne me propose aucune alternative, je vais réfléchir. Qu’est-ce qu’il y a de pire que l’orphelinat ? Sauf que la question ne se pose pas comme cela. C’est ce qu’on appelle une question biaisée, fallacieuse. Avec une vraie question – vaut-il mieux l’orphelinat ou l’adoption ? – le problème ne se pose même pas : on a 30 000 couples hétérosexuels qui ont un agrément pour adopter un enfant. Et 5000 enfants qui sont en attente d’adoption…

L’exequatur en France de la décision de justice américaine quant à la reconnaissance d’adoption par la compagne d’une lesbienne est-elle dangereuse ? La façon de procéder du lobby gay est toujours d’avancer davantage pour que les mentalités soient forgées et ainsi qu’on ne se batte plus…puisque la cour de cassation a validé une décision de justice américaine concernant l’adoption d’un enfant par deux femmes. Bien sûr que c’est dangereux mais ce n’est qu’un pas, ce n’est pas fait pour autant ! Cet exequatur ne donne aucun droit à des couples homosexuels d’adopter un enfant. Aucun !

Y arrivera-t-on un jour ? Je ne pense pas, je ne suis pas sûre. Je crois que finalement il y a toujours une espèce de balancier. Je suis écologique dans l’âme, je pense que la nature va reprendre ses droits. Le bons sens va reprendre ses droits.

Propos recueillis par Philippine de Maigret


Outils personnels