2010.09.04 Les cinq enfants haïtiens sont arrivés à la Réunion

source : clicanoo.re

Suite au terrible tremblement de terre qui a touché Haïti en début d’année, les procédures d’adoption des enfants ont pu être accélérées grâce à des accords avec le gouvernement haïtien. Cinq de ces enfants sont récemment arrivés à la Réunion.

Rationnés en eau, en nourriture et sans soins adaptés, les enfants haïtiens en cours de procédure d’adoption étaient en grand danger après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, en janvier dernier. Partout dans le monde, les futurs parents se sont immédiatement mobilisés pour tenter de faire accélérer une procédure habituellement très longue. En France, premier pays d’accueil d’enfants haïtiens en vue d’une adoption, un collectif a, dès le mois de février, organisé des manifestations pour sensibiliser le gouvernement et l’opinion publique au sort de ces enfants. A la Réunion, une dizaine de familles ont donné écho à ce mouvement en se mobilisant à plusieurs reprises au jardin de l’Etat à Saint-Denis. À l’époque, ces derniers estimaient que les enfants étaient en danger de mort. “Même s’ils sont nourris, ils courent un grave danger en raison notamment des épidémies et des risques sanitaires majeurs”, expliquait alors le collectif. Depuis, le gouvernement français a passé des accords avec Haïti pour accélérer la procédure. Les Etats-Unis, les Pays-Bas, la Belgique et l’Espagne ont pris des décisions similaires. Résultat, cinq jeunes haïtiens sont récemment arrivés à la Réunion et ont été accueillis par leur famille adoptive. Ces dernières aspirent légitimement au calme après des mois d’incertitudes et souhaitent se concentrer sur le bien être de leur enfant. Elles mettent ainsi un terme à une procédure souvent longue et difficile. Certaines familles ont toutefois mis un terme à cette procédure qui aura duré dans leur cas un an et demi. Un délai considéré comme relativement court dans une procédure d’adoption. Reste que toutes les familles ne sont pas arrivées au bout de la procédure. Au moins un enfant d’Haïti n’est pas encore arrivé à la Réunion. Or, sur place, le pays se remet très difficilement du tremblement de terre du mois de janvier. Il y a urgence

J.-Ph.L.

Une vingtaine d’adoptions chaque année C’est un monde relativement discret. Et pour cause. Chaque année, une cinquantaine de Réunionnais, des couples ou des personnes célibataires, se lancent dans une procédure d’agrément auprès du conseil général. C’est la première étape d’un long et difficile parcours. Pendant 9 mois, les personnes souhaitant adopter rencontrent un psychologue et un travailleur social. L’an dernier, 54 demandes ont été étudiées en commission d’agrément. 42 ont été délivrées et 7 refusées. Un agrément est valable pendant 5 ans. 237 dossiers d’agrément sont actuellement en cours dans le département. Cette première étape n’est toutefois qu’un préalable au lancement de la procédure d’adoption. A la Réunion, il est possible d’adopter un enfant né dans l’île. Quelques-uns, âgés de moins d’un an, sont ainsi adoptés chaque année par des Réunionnais. L’an dernier, six enfants étrangers ont également été accueillis par leur famille adoptive réunionnaise.


Outils personnels