l.com pour

* Financi

2010.10.26 Epidémie de choléra en Haïti : mon communiqué pour les enfants en voie d'adoption

source : www.patricia-adam.fr

Face aux risques accrus d’épidémies, les Haïtiens comptent plus que jamais sur la solidarité internationale. Celle-ci doit s’exercer sans défaillance en faveur de tous les Haïtiens, en particulier les enfants, personnes les plus fragiles et les plus vulnérables. En tant que co-présidente du groupe d’études Famille et Adoption à l’Assemblée nationale, j’ai voulu interpeller les médias sur la situation particulière des enfants haïtiens en voie d’adoption par des familles françaises. Je vous invite à lire mon communiqué.

Epidémie de choléra en Haïti : la France doit agir au plus vite pour les enfants en cours d’adoption

Depuis le déclenchement du séisme, la situation n’a jamais été aussi périlleuse pour les enfants haïtiens. Neuf mois après le tremblement de terre, 350 enfants haïtiens apparentés à des familles françaises attendent toujours leurs parents adoptifs. L’épidémie de choléra s’ajoute aujourd’hui aux conditions d’extrême précarité psychologique et physique créées par les conséquences du séisme et dont les enfants sont les premières victimes.

Si personne ne pouvait croire à un tremblement de terre d’une telle ampleur, l’épidémie de choléra était, elle, prévisible. Dans ces situations de crise, les enfants sont toujours les personnes les plus fragiles et les plus vulnérables. La situation actuelle exige des autorités françaises un regain d’efforts en faveur de tous les enfants haïtiens.

Mandaté par les ministres compétents en France pour l’adoption internationale, le Docteur Dominique Jeanne ROSSET a remis, en mai 2010, un rapport sur la situation haïtienne depuis le déclenchement du séisme : ces recommandations n’ont pas toutes été suivies d’effets. Or, elles sont plus que jamais d’actualité. J’appelle alors les autorités françaises à mettre en oeuvre, sur la base de ces recommandations, un plan d’urgence visant à sécuriser les enfants les plus exposés à la menace épidémique, et à évacuer au plus vite les enfants pour lesquels un jugement d’adoption a été prononcé. Par ailleurs, la France doit poursuivre avec les autorités haïtiennes la discussion d’un accord global sur l’adoption, pour simplifier et accélérer les procédures en cours.

Six enfants apparentés à des familles françaises sont décédés depuis le déclenchement du séisme, le 12 janvier dernier. Ces décès sont intolérables ; je n’imagine pas qu’un nouveau drame puisse se produire.


Outils personnels