2010.11.08 LE PETIT LÉANDRE BIENTÔT EN FRANCE ?

source : republicain-lorrain.fr

Enfin de bonnes nouvelles pour Béatrice et François Mougeot. Ces enseignants d’Auboué, engagés dans la procédure d’adoption d’un petit Haïtien prénommé Léandre, sont, selon leur avocate, officiellement parents.

Il y a eu ces allers-retours en Haïti, trois fois depuis décembre 2009. Ces journées passées aux côtés du petit Léandre et de ses compagnons d’infortune à la crèche de Carrefour, située à 10 km au sud-ouest de la capitale Port-au-Prince.

Et puis ces combats auprès des administrations françaises et haïtiennes… jusqu’à ce courriel, arrivé le 20 octobre sur la messagerie personnelle de François Mougeot. « Vous êtes légalement parents de Léandre depuis plus d’une semaine. Il reste des formalités purement administratives. »

Le message, qui émane de l’avocate haïtienne du couple d’Auboué (Meurthe-et-Moselle) est bref, à peine deux lignes. Mais son contenu constitue une avancée significative dans la procédure d’adoption du petit Haïtien, amorcée par Béatrice et François Mougeot plusieurs mois avant le séisme du 12 janvier dernier. Dans la catastrophe, des documents avaient été égarés et le dossier bloqué. « Là, en une fraction de seconde, on a appris ce que nous attendions depuis un an ! », s’exclament-ils.

L’annonce de l’obtention du jugement d’adoption réactive les espoirs du couple dont les visages s’illuminent. « Ça y est, juridiquement, nous sommes enfin une famille, souffle Béatrice. A l’Etat civil haïtien, Léandre va porter le nom de François aux côtés de celui de son père biologique. »

La peur d’une nouvelle catastrophe Selon les estimations de la juriste, l’arrivée de Léandre en France pourrait avoir lieu d’ici six à huit semaines. Mais depuis le courriel du 20 octobre, François et Béatrice n’ont pas davantage de nouvelles. « Nous avons eu beaucoup de désillusions, murmure Béatrice. Alors nous avons appris à garder une certaine réserve. »

En attendant ce qu’ils espèrent être leur dernier voyage en Haïti, Béatrice et François continuent de canaliser leur énergie autour de la construction d’une crèche parasismique et anticyclonique à Carrefour. Cette nouvelle structure remplacerait le bâtiment provisoire en dur dans lequel vivent 48 enfants (dont Léandre) depuis le séisme destructeur. A cette image, le couple se crispe. Car une nouvelle catastrophe menace Haïti : le cyclone Tomas, qui approche dangereusement du pays. Mercredi, 15 h 43, les dernières nouvelles de la crèche tombent : le sud du pays, où se situe la structure, est en alerte rouge.

Joan MOÏSE.


Outils personnels