Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2010.11.18 Honte à la France qui laisse mourir en Haïti les enfants adoptés par des familles françaises.

source : lepost.fr

Dix mois après le séïsme, il reste encore 350 enfants adoptés par des familles françaises qui sont bloqués sur l'île maudite. Pourquoi ?

Avant le seïsme il y avait 1 000 enfants qui avaient trouvé une famille et qui attendaient leur venue à plus ou moins long terme en France.

A ce jour, la France reste le seul pays à ne pas avoir, contrairement à tous les grands pays, évacué en urgence les enfants qui étaient en cours d’adoption avant le séisme.

Les familles adoptantes réclament depuis le séïsme un plan d'évacuation et un accord de traitement global de tous les dossiers. Or, depuis le début, elles se sont heurtées au service de l’adoption internationale (SAI), qui a eu pour tout argument de réponse : c’est Haïti qui bloque et il faut agir dans le respect de la légalité et de la souveraineté haïtienne. Le Quai d’Orsay a alors invoqué la sécurité juridique des enfants, alors qu’ils étaient en danger de mort.

Pourquoi le gouvernement français se retranche derrière ces arguments, alors que les autres pays sont passés outre ? Car tous les grands pays ont évacué en urgence les enfants en cours d’adoption, remettant à plus tard les aléas de la procédure.

Les autorités françaises sont elles à ce point marquées par le spectre de l’affaire de l’Arche de Zoé, ce qui les rendraient opposé par principe à l’adoption internationale.

Mais avec l'épidémie de choléra , l'inquiétude augmente parmi les familles françaises en attente, sa propagation les angoisse terriblement.

ecouter le reportage de Nicolas Chauvin, pour Europe 1.

Dernièrement, Emmanuelle Guerry, présidente de SOS Haïti enfants adoptés a reçu l'assurance du Service à l'Adoption Internationale (SAI) que toute mesure préventive possible pour protéger les enfants du choléra seraient prises. Des médecins ont été envoyés en renfort.

Mais les familles doutent que l’épidémie ne s’arrête aux portes des crèches et ne sont absolument pas convaincues que ces belles déclarations soient mises en oeuvre.

Je vous invite à lire le témoignage poignant de ce père, Jean-Pierre Pichoud, 39 ans, enseignant, vivant en Guadeloupe, qui a vu son fils Donaldson, mourir du choléra dans une crêche à Haïti, alors que depuis le séïsme il se battait avec sa femme, médecin, pour le faire venir dans son foyer.

S’il a accepté de témoigner auprès de Frédéric Helbert, journaliste à France Soir de son histoire, c'est surtout pour aider toutes celles et ceux qui sont encore dans l’angoisse, attendant que leurs enfants puissent enfin quitter Haïti. Et ceci pour éviter que la liste des morts s'allonge et que le Quai d'Orsay continue d'imposer la loi du silence. CLIC.

Ces familles françaises adoptantes étaient présentes lors de la passation des pouvoirs au Quai d’Orsay entre Bernard Kouchner et Michèle Alliot-Marie, qui prend les rênes de la diplomatie française.

Seront-elles plus entendues par la nouvelle ministre des Affaires Étrangères ? Ou bien la décision, le coup de pouce qui accélèrerait l'arrivée de ces enfants auprès de leurs parents ne doit-il pas venir du président Nicolas Sarkozy ? Sachant que rien ne se décide en France sans son accord !

Sources : France Soir,

Par menou69


Outils personnels