l.com pour

* Financi

2010.11.22 Haïti/choléra: Paris veut faire aboutir vite les adoptions en cours

source : romandie.com

PARIS - La France veut faire aboutir avant la fin de l'année les procédures d'adoption de quelque 300 enfants haïtiens, qui étaient engagées avant le séisme du 12 janvier, en raison notamment de l'épidémie de choléra, a annoncé lundi l'ambassadeur de France à Haïti.

“Si on suit toutes les règles, d'ici Noël, on n'y arrivera pas”, a déclaré Didier Le Bret, sur la chaîne francophone TV5-Monde.

“Il est important (…) d'avoir un accord bilatéral franco-haïtien qui permette de lever les derniers obstacles juridiques, de façon à pouvoir assurer à toutes les familles que, idéalement d'ici à la fin de l'année, les enfants qui étaient en cours d'adoption avant le 12 janvier puissent rejoindre leur famille”, a-t-il dit.

Cette volonté d'accélérer le calendrier s'explique en partie par l'épidémie de choléra qui sévit en Haïti. “Le risque est trop fort aujourd'hui”, a estimé le diplomate.

Selon Didier Le Bret, un dispositif a été déployé en Haïti pour sécuriser les crèches où se trouvent des enfants en cours d'adoption par des familles françaises.

Mais “ce serait mentir aux familles de dire que tout est sous contrôle”, a-t-il ajouté. “Il y a des risques, on a déjà des crèches où se trouvent des enfants français, où il y a eu des cas de choléra”, a-t-il poursuivi. “On les a traités en priorité”, a-t-il dit.

Le gouvernement français est accusé depuis des mois par les familles adoptantes de n'avoir pas agi avec assez de détermination après le tremblement de terre pour assurer la venue en France des enfants en cours d'adoption. Le ressentiment des familles a été renforcé par l'épidémie de choléra.

Le ministère des Affaires étrangères s'est défendu de ces critiques, en indiquant fin octobre que 650 enfants pour lesquels un jugement d'adoption des autorités haïtiennes a été prononcé avaient été accueillis par leurs familles en France depuis le tremblement de terre.

Il avait alors estimé à 372 le nombre d'enfants pour lesquels la procédure était en cours. Selon les règles en vigueur, un jugement doit sanctionner l'adoption, avant que ne soit délivré un passeport à l'enfant. Plusieurs semaines, voire plusieurs mois, peuvent s'écouler entre le jugement et la délivrance du passeport.

(©AFP / 22 novembre 2010 18h34)


Outils personnels