l.com pour

* Financi

2010.12.18 SOS Haïti enfants adoptés salue la décision française d'affréter deux avions

source : romandie.com AFP

PARIS - Le collectif SOS Haïti enfants adoptés a salué samedi comme une “extrêmement bonne nouvelle” l'annonce de l'envoi par la France de deux avions pour évacuer d'Haïti plus de 300 enfants en cours d'adoption par des familles françaises.

“C'est une extrêmement bonne nouvelle, c'est ce que le collectif demandait depuis onze mois, puisque c'est ce qu'on a demandé depuis le lendemain du séisme” de janvier 2010, a souligné Emmanuelle Guerry, présidente et porte-parole du collectif.

“Il a fallu onze mois et un changement de ministre pour que cela devienne possible (…). On aurait pu épargner à des familles onze mois d'attente, on n'oubliera rien, il y a six enfants qui sont morts”, a-t-elle ajouté.

Jeudi, le collectif avait demandé à la France d'envoyer des avions pour évacuer en urgence des enfants, en invoquant la progression de l'épidémie de choléra en Haïti.

La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, a annoncé samedi que deux avions avaient été affrétés pour transférer de Haïti en France des enfants en cours d'adoption.

“Il y a un vrai travail de mise en place” de l'évacuation, mais “on saura à l'arrivée du premier avion, et surtout à l'arrivée du second avion si la France a pu ramener tous les enfants”, a estimé Mme Guerry.

“Actuellement il y a une majorité de dossiers qui ont été bookés, les laisser-passer consulaires sont en train d'être signés pour une majorité, mais il y a encore quelques dossiers en souffrance et notre boulot est d'être vigilant jusqu'à ce que le dernier enfant” soit évacué, a-t-elle ajouté.

Le collectif n'a selon elle “pas d'idée fixe” sur le nombre de dossiers encore souffrance.

SOS Haïti enfants adoptés s'en était pris à plusieurs reprises à la politique suivie jusqu'à l'automne par l'ex-chef de la diplomatie Bernard Kouchner, accusé d'avoir “laissé pendant près d'un an les familles dans le plus grand désarroi”.

L'ex-ministre avait pour sa part mis en garde contre les trafics d'enfants et justifié son approche prudente par la nécessité d'un statut juridique clair pour les enfants visés par une adoption en France.


Outils personnels