Vous avez une question à laquelle vous n'avez pas trouvé de réponse sur cette page ni ailleurs sur le wiki? Cliquez ICI pour la poser sur notre forum.

Participez à notre observatoire permanent sur l'adoption : téléchargez le questionnaire à renvoyer à questionnaire(at)coeuradoption.org.
Les résultats 2012 sont consultables ici.

2011.01.09 Haïti - Mobilisation cévenole pour les enfants martyrs

(Midi Libre) A Génolhac, pour l'association Enfants d'Haïti, il y a l'avant et l'après 12 janvier 2010. Ce jour-là, l'île était frappée par un terrible séisme dont les effets ravageurs feront encore leur néfaste ouvrage pendant des décennies. C'est à la même date que l'association gardoise s'est transformée.

En 2007, Martine Fabrègue crée Enfants d'Haïti après être allée chercher sa fille adoptive à Port-au-Prince. « Au départ, on a envoyé des machines à laver pour l'orphelinat, des balançoires… Nous étions une association de parents adoptants qui voulaient améliorer les conditions de vie de ces orphelins », confie la Gardoise.

Mais l'annonce de la catastrophe jette les parents dans l'angoisse, sans information sur leur enfant en attente d'adoption. « Nous n'avions aucune nouvelle de l'orphelinat pendant le séisme. Au lendemain de la catastrophe, des bruits couraient que tous les enfants étaient morts. »

La rumeur n'est finalement pas très loin de la réalité puisque 70 des 120 enfants de l'orphelinat Notre Dame de la Nativité sont décédés dans la catastrophe. Martine et d'autres parents se démènent alors pour avoir des informations, rassurer les familles en France et aiguillonner la solidarité. Après un déplacement sur l'île et la médiatisation de la mobilisation, M6 donne le numéro de téléphone d'Enfants d'Haïti à l'antenne, à la fin d'un reportage sur l'orphelinat. « Pendant deux mois, cela a été une avalanche de coups de fils », se souvient Martine.

Au final, ce sont 4 200 donateurs de toute la France qui se sont fait connaître mais aussi la mise en place d'une aide concrète sur place et le soutien de nombreux projets porteurs d'espoir pour les Haïtiens.

Lors de trois séjours, l'association a pu apporter une pompe à eau filtrante, des tentes et des bâches, des médicaments, des produits d'hygiène, autant de moyens indispensables à l'orphelinat en ruine. « La première fois que j'y suis retourné, je n'ai rien reconnu, à part les gens. Le quartier était détruit, il n'y avait que les deux balançoires que nous avions envoyées. » Depuis, l'association a acheté une maison pour les enfants, a créé un bureau sur place et étend son action sur le quartier de Fontamara à Port-au-Prince. Un container est parti avec des vêtements, du matériel scolaire, de puériculture… Et surtout l'association développe son projet d'aide à la scolarisation des enfants. Un pari sur l'avenir pour redonner l'espoir.


Outils personnels