l.com pour

* Financi

2011.01.28 Le gouvernement ne facilitera pas l’adoption au sein des familles recomposées

(Liberté Politique.com) Le ministre des Solidarités et de la cohésion sociale, Mme Roselyne Bachelot, ne souhaite pas faciliter le recours à l’adoption au sein des familles recomposées.

Explication du ministre : « L'adoption est en réalité envisagée dans les familles où l'enfant est élevé par son seul parent légal et son époux ou épouse : la filiation n'étant établie qu'à l'égard d'un parent, la création d'un lien de filiation à l'égard du tiers qui l'élève peut répondre à son intérêt. En dehors de ces situations, l'adoption n'est donc pas la réponse adaptée aux besoins quotidiens des familles recomposées, dans lesquelles l'enfant doit pouvoir conserver ses repères et son affiliation à l'égard de sa lignée maternelle comme paternelle. ».

Pour le Collectif pour l’enfant, « cette réponse du ministre est pleine de bon sens. En effet, l’officialisation des liens existant entre l’enfant et les adultes se succédant dans sa vie ne pourrait qu’entraîner pour lui la confusion entre les parents, dont le statut doit rester spécifique, et les autres adultes intervenant auprès de lui. »

Le Collectif avait déjà alerté le gouvernement sur les dangers d’un statut du beau-parent. A fortiori le recours à l’adoption sans nécessité pour l’enfant suscite de graves réserves.

« L’adoption a pour but l’établissement d’un lien de filiation et ne peut être utilisée à la légère, surtout lorsque l’enfant a, déjà, ses deux parents, sous peine de priver l’enfant de repères clairs quant à ses origines et son identité » explique Béatrice Bourges, porte parole du Collectif pour l’enfant.


Outils personnels